NOUVELLES

Brésil: un syndicat de joueurs dénonce "l'esclavage moderne" d'un petit club

23/04/2014 01:04 EDT | Actualisé 23/06/2014 05:12 EDT

Le syndicat des joueurs professionnels de l'Etat de Piaui (nord du Brésil) compte demander la suspension du club local de Caiçara, de la ville de Campo Maior, qui ferait subir à ses joueurs un "esclavage moderne", relate la presse brésilienne.

"C'est de l'esclavage moderne auquel les joueurs sont soumis, a dénoncé le président du syndicat, Vasconcelo Pinheiro. Si c'est confirmé, nous allons chercher à faire interdire leur entrée sur le terrain jusqu'à ce que la situation soit résolue".

Selon des témoignages d'ex-joueurs et ex-entraîneurs du club, les salaires sont payés en retard, et dans les locaux du club, les joueurs dorment à même le sol, se lavent au moyen d'une cuvette et sont mal nourris. Et il n'y a pas le moindre ballon pour s'entraîner.

Le président du club, Francisco Ispo, a nié en bloc. "Tout est normal ici, a-t-il affirmé. Nous avons fait les investissements et donné aux joueurs tout ce qu'ils ont demandé. Ce qui ne va pas, c'est qu'on continue à perdre".

L'équipe de Caiçara a mis fin en février à une série de six ans sans victoire dans le Championnat de l'Etat de Piaui, soit 31 matches d'affilée.

ybl/jgu

PLUS:hp