NOUVELLES

Therrien verra à ce que le Canadien soit bien préparé pour la suite des choses

22/04/2014 11:59 EDT | Actualisé 22/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Carey Price a souligné l'importance pour le Canadien de bien gérer la période d'inactivité avec laquelle on devra composer, en attendant de connaître l'identité de son prochain rival.

L'entraîneur-chef Michel Therrien a assuré qu'il y verra, et que l'équipe amorcera le deuxième tour des séries «bien préparée».

«La pause va permettre à certains joueurs de soigner des bobos, a-t-il souligné. Tout ce que je peux vous dire, c'est que nous serons bien préparés. Nous allons bien préparer ce groupe-là.

«En ce qui me concerne, nous avons gagné une série, mais nous n'avons pas encore accompli ce que nous voulons. Pour moi, ce n'est qu'une équipe. Il y en a une autre à franchir.»

Le CH a congé d'entraînement mercredi et jeudi. Pour ce qui est de vendredi, rien n'est décidé.

Soulignant que la pause sera bénéfique sur tous les plans, les joueurs n'y voient pas une arme à double tranchant.

«C'est toujours un danger. Ce sera sûrement un peu difficile de se retremper dans l'atmosphère des séries au début de notre prochain match. Mais d'avoir la chance de se reposer et de guérir des bobos, c'est quelque chose de souhaitable.

«On espère que nos deux adversaires potentiels vont continuer de s'entretuer jusqu'au septième match», a-t-il ajouté en s'esclaffant.

Le Canadien va suivre avec énormément d'intérêt le déroulement de la série entre les Red Wings de Detroit et les Bruins de Boston. Il est acquis, en vertu de la nouvelle formule en vigueur, que le CH va affronter le gagnant de cette série intra-section.

C'est seulement la deuxième série que remporte Carey Price dans la LNH — la première depuis le printemps 2008 contre les Bruins.

«C'est l'objectif de tout le monde de progresser en séries, a répondu Price quand on lui a demandé s'il était animé d'un quelconque sentiment du devoir accompli. Ce n'est que la première étape. Notre groupe est très concentré sur la tâche à accomplir et on sait tous que nous avons encore beaucoup de pain sur la planche.

«C'est une belle victoire, nous sommes heureux et nous allons la savourer avant de vite passer à l'étape suivante.»

Price a dit que le Canadien peut retirer plusieurs aspects positifs de sa performance face au Lightning.

«Nous avons été en contrôle pendant la majeure partie de la série, mais par moments nous avons joué sur les talons. En général, nous avons très bien fait.»

Dans le camp du Lightning, le jeune Cédric Paquette ne se jugeait pas trop sévèrement pour la pénalité qu'il a écopée avec un peu plus de deux minutes à faire en troisième période.

«Je ne vais pas trop m'en faire avec ça. Ils (les arbitres) n'ont rien signalé pendant tout le match. C'est arrivé au mauvais moment. Il est tombé, et ils m'ont puni. Je dois tirer une leçon de ça.»

Paquette a reçu le soutien inconditionnel de son entraîneur Jon Cooper.

«C'est le premier joueur à qui je me suis adressé en entrant dans le vestiaire, a-t-il confié. Je lui ai dit que c'était un moment difficile pour lui à passer. Le pauvre 'kid' a tout donné pour nous. Je ne le blâmerai absolument pas. Il a été fantastique et j'espère que personne ne va dire qu'il est le bouc émissaire de la défaite.»

«Il a remporté d'importantes mises au jeu pour nous en territoire défensif, il a rendu ses coéquipiers meilleurs et il a joué un style très physique. Ce jeune va connaître une belle carrière dans la Ligue nationale.»

À l'instar de Paquette, une douzaine de joueurs en étaient à leurs premiers pas en séries dans la LNH, et Cooper s'est dit très fier de ses troupiers.

«J'utilise souvent l'analogie du jeune qui obtient son permis de conduire. Ce n'est pas parce qu'il a un permis qu'il sait bien conduire. Ça vient avec l'expérience derrière le volant. Nos jeunes avaient besoin de se retrouver dans le feu de l'action en séries. C'est comme ça qu'ils apprendront. Tant que vous ne vivez pas ces situations de fortes tensions, vous ne savez pas ce que c'est réellement.»

Cooper a par ailleurs souligné la part de chance et de bonds favorables dans le sport.

«Quand vous gagnez, c'est parce que vous en obtenez beaucoup. Quand vous perdez, vous n'en avez pas eu suffisamment.»

PLUS:pc