NOUVELLES

Le Népal vient en aide aux sherpas pour éviter une grève

22/04/2014 10:43 EDT | Actualisé 22/06/2014 05:12 EDT

KATMANDOU, Népal - La majorité des guides sherpas ont décidé de se retirer du mont Everest, a indiqué mardi un des leurs, confirmant le début d'un conflit de travail qui interférera certainement avec le déroulement d'une saison déjà assombrie par les pertes de vies de la semaine dernière.

Le gouvernement népalais semblait pourtant, plus tôt mardi, avoir répondu à certaines des demandes des sherpas qui menaçaient de déclencher un boycottage. Le Népal avait notamment accepté de mettre sur pied un fonds de secours à l'intention des sherpas tués ou blessés lors d'accidents en montagne.

Il s'agissait d'une concession importante octroyée à ces guides dans la foulée de l'avalanche la plus meurtrière jamais enregistrée sur le mont Everest.

À Katmandou, l'Association nationale népalaise des guides de montagne a affirmé qu'elle tentera de négocier une entente entre le gouvernement et les sherpas, puisqu'un boycottage total nuirait à l'alpinisme népalais sur le long terme, a déclaré le secrétaire général du groupe, Sherpa Pasang.

Après la tenue d'un service commémoratif au camp de base mardi, les sherpas présents ont discuté des options qui s'offrent à eux, a indiqué un guide qui était sur place, Dorje Sherpa. Il a révélé que la plupart d'entre eux avaient décidé de plier bagages et de quitter mercredi.

«C'est impossible pour plusieurs d'entre nous de continuer à grimper. Pendant qu'il y a trois de nos amis enfouis dans la neige, je ne peux imaginer leur piler dessus. Nous voulons rendre hommage aux membres que nous avons perdu et par respect envers eux, nous ne pouvons pas continuer», a-t-il dit.

Une avalanche a emporté 13 guides de montagne aguerris vendredi. Trois autres manquaient toujours à l'appel mardi et étaient présumés morts.

Le gouvernement a rapidement annoncé qu'il versera l'équivalent de 415 $ US à la famille de chaque sherpa tué. Les sherpas estiment mériter nettement plus et réclament des assurances, une meilleure aide financière pour les familles des victimes et de nouvelles règles pour protéger leurs droits.

Des milliers de Népalais travaillent comme porteurs ou guides pendant la saison de l'alpinisme. Il serait pratiquement impossible d'atteindre le toit du monde sans leur aide. Certains alpinistes déboursent jusqu'à 90 000 $ US pour avoir la chance de vaincre l'Everest.

Le ministère du Tourisme a aussi annoncé:

- Un fonds d'aide pour appuyer les sherpas blessés lors d'accidents et les familles de ceux qui sont tués, et pour défrayer les coûts d'opérations de sauvetage en montagne.

- Le gouvernement financera ce fonds avec 5 pour cent des droits qu'il encaisse des alpinistes qui s'attaquent à l'Everest, soit nettement moins que les 30 pour cent réclamés par les sherpas. Le Népal retire environ 3,5 millions $ US annuellement des droits d'alpinisme sur l'Everest.

- Le Népal augmentera à 15 620 $ US les paiements d'assurance effectués à ceux qui sont tués en montagnge; les sherpas réclamaient 20 800 $ US.

Une semaine de deuil est observée depuis l'avalanche de vendredi. Quelque 400 alpinistes étrangers appartenant à 39 équipes attendent de s'attaquer au sommet. Des centaines de personnes ont été tuées depuis que Edmund Hillary et Tenzing Norgay ont vaincu l'Everest pour la première fois en 1953, et environ le quart des décès sont attribuables à des avalanches.

PLUS:pc