NOUVELLES

Le Gala Artis 2014 honorera les personnalités choisies par le public

22/04/2014 10:32 EDT | Actualisé 22/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Toutes catégories confondues, il y aura parmi l'assistance du Théâtre Denise-Pelletier de Montréal 70 candidats mis en nomination au Gala Artis 2014 qui attendront, ce dimanche, 20h, à TVA, dans la fièvre de l'appréhension, le verdict du public qui aura voté pour les artistes qui l'auront surpris, transporté, subjugué, amusé, bouleversé, bref, qui aura fait une différence dans le cœur des gens.

Dans une mise en scène de Guy Jodoin, lui-même en nomination dans deux catégories (Animateur — Magazine culturel et Talk-show et Animateur — Émission de jeux), Mario Tessier, l'animateur, distribuera des trophées à 16 élus parmi les 70 en nomination. Et parmi cette classe de privilégiés, on accueille une dizaine de nouveaux venus dont Marie-Claude Barrette et Mario Dumont (qui forment un couple dans la vie), Ricardo, Marie-Thérèse Fortin, Céline Bonnier. On connaît maintenant les noms de ceux et celles qui coifferont le titre de Personnalités féminine et masculine pour cette 29e édition du gala. Chez les femmes, ce sont Hélène Florent, Sophie Thibault, Véronique Cloutier, Julie Snyder et Anne Dorval. Du côté des hommes, la lutte se joue entre Claude Legault, Claude Lafortune, Gino Chouinard, Martin Matte et Guy A. Lepage.

Dès 19h, «Le Tapis rouge» sera en place et Anouk Meunier et Jean-Philippe Dion seront présents pour accueillir tout ce beau monde et recueillir leurs commentaires alors que le lundi 28 avril, 19h, les deux animateurs prolongent le plaisir en nous offrant des images du «Gala Artis en coulisses» et lors du party qui a suivi le gala.

Manger à mort

Blanquette de veau, canard laqué, filet mignon sauce bordelaise, filet de porc aux figues, les mets fins ne se comptent plus et les chefs rivalisent d'inventivité pour nous faire apprécier la bonne chère et décliner le péché mignon à tous les temps. Mais il y a un envers aux assiettes bien garnies.

Pour nourrir 2,5 milliards de personne, il faut abattre 60 millions d'animaux, chaque année. Quand la Terre comptera 9 milliards d'individus, en 2050, pourra-t-on produire quatre fois plus d'animaux pour les transformer et les distribuer? À quels coûts? Le documentaire «Love MeaTender», nous ouvre les yeux sur une foule de réalités qui échappent, la plupart du temps, aux urbains. La viande n'est plus qu'un objet de consommation mais André Pochon, un sympathique octogénaire breton, agriculteur à la retraite, explique, on ne peut plus clairement, ce que tout consommateur de viande doit savoir.

Parce que la production animale occasionne des gaz à effet de serre, l'addition d'antibiotiques à des moulées moins onéreuses mais pauvres en oméga 3, une importante empreinte écologique, la façon de traiter l'animal, toutes choses dont il faut tenir compte dans un monde de plus en plus sensible aux allergies, aux empoisonnements, aux épidémies. «Planète Science», ce samedi, 18h, à Télé-Québec.

Venger un père

Basée sur une histoire vraie, «La Sicilienne» raconte le sort réservé à Rita, fille de Don Michele, quand elle a voulu venger la mort de son père et de son frère. Inconsolable, Rita a toujours vu son père avec ses yeux de petite fille, le voulant droit, généreux, respectueux. Elle décide alors de briser l'omerta en révélant les activités de certaines personnes de son village. Mais Rita comprendra auprès du juge (Gérard Jugnot) chargé de l'affaire, que son père n'était autre qu'un mafieux sans pitié et que désormais, son témoignage met sa vie en danger. À TV5, ce dimanche, 20h.

À Rome, ce dimanche, le pape François procédera à la canonisation de Jean XXIII et de Jean-Paul II en présence, dit-on, du pape émérite Benoît XVI. On attend plusieurs délégations venues de partout dans le monde dont celle du Québec qui a mobilisé une vingtaine de personnes pour assister à l'événement place Saint-Pierre de Rome où on s'attend à rassembler pas moins de 800 000 personnes. «Le Jour du Seigneur», ce dimanche, 10h, à Radio-Canada, sera donc célébré dans cette pensée.

Interprété par Roy Dupuis, «Jack Paradise (Les nuits de Montréal)», dont l'histoire a été calquée sur la vie du pianiste de jazz, Robert «Bob» Langlois, a hérité de sa passion pour la musique de jazz de sa tante (Dorothée Berryman), pianiste et accompagnatrice d'hommes en quête de compagnie. Dans le quartier de Griffintown, très fréquenté alors par les jazzmen noirs de grande réputation, le jeune Jacques Paradis a réussi à s'intégrer pour devenir à son tour une grande star des années 1940. À Cinépop, ce dimanche, 21h.

À RADIO-CANADA: Il crée «Les Beaux Malaises» à TVA, mais c'est à Radio-Canada qu'on le fait mourir. Donc, «Prière de ne pas envoyer de fleurs» à Martin Matte, lors des «funérailles» de l'humoriste et auteur, le jeudi 1er mai, 20h.

À TÉLÉ-QUÉBEC: Après sa mort, le roi Henri IV a perdu sa tête, retrouvée bien loin de la basilique de Saint-Denis où elle devait être. À «Pour l'Histoire», on suit deux journalistes qui ont voulu élucider le mystère, ce dimanche, 20h. Julie Gayet, la nouvelle flamme de François Hollande, président de la France, donne la réplique à Daniel Auteuil qui, pour relever un défi, se cherche désespérément un ami et qui, dans cette recherche éperdue, croise Danny Boon sur son chemin, ce dimanche, 21h.

À EXPLORA: À compter du vendredi 2 mai, 20h, la nouvelle série «Tout ce qu'il faut savoir…» nous en apprendra encore davantage sur le corps humain, comme par exemple: à quoi l'humain ressemblera dans mille ans, à 75 ans, nous aurons rêvé plus de 136 000 fois et passé 90 jours aux toilettes et bien d'autres choses. Puis, dans les semaines suivantes, on découvrira d'autres aspects de l'univers, la vitesse et autres sujets diversifiés, neuf épisodes qu'on promet animés, amusants, surprenants et très instructifs.

À CANAL VIE: En se faisant passer pour un pilote d'avion, puis un médecin et un psychologue, Michael Sabo a réussi à extirper des millions à plusieurs personnes jusqu'au jour où il rencontre Marty Syczyk, un enquêteur qui a juré de lui mettre la main au collet à «Imposteurs», le lundi 28 avril, 20h.

À CANAL D: Durant toute une année scolaire, le réalisateur Guillaume Sylvestre s'est intégré à la vie de l'école Paul-Gérin-Lajoie d'Outremont, alors que les jeunes, de différentes ethnies, vivent leur dernière année dans cette école. Qu'auront-ils appris? Seront-ils suffisamment armés pour affronter le cégep? «Secondaire V» risque de désillusionner quelques parents, ce dimanche, 19h

PLUS:pc