Miami, ses plages de rêve et ses milliers de propriétés à un jet de pierre de la mer sont de plus en plus menacées par la montée du niveau de l'océan Atlantique, ont rapporté des élus et des experts mardi.

La situation est particulièrement inquiétante à Miami en raison du nombre colossal de magasins, hôtels et immeubles d'habitation situés au bord de l'eau.

Lors d'une audition du Sénat américain exceptionnellement organisée à Miami, le sénateur Bill Nelson a même qualifié le sud de la Floride de «Ground Zero» du changement climatique.

Selon l'élu, les trois-quarts des 20 millions d'habitants de la Floride vivent sur la côte. Et la mer se rapproche dangereusement. A en croire l'ONG World Resources Institute, la Floride a perdu 30 cm de côtes depuis 1870. Et d'ici 2060, la mer devrait avoir encore gagné de 23 à 61 cm.

Plus inquiétant: la ville de Miami se trouve à seulement 1,22 m d'altitude.

«Nous nous trouvons sur un sol constitué de roche sédimentaire calcaire qui est poreuse et imbibée d'eau», a souligné le sénateur Nelson. «Construire des digues ne servirait à rien», car le sous-sol est «comme du gruyère».

«Nous devons trouver des solutions innovantes» pour protéger les biens immobiliers situés au bord de l'océan qui, à Miami, ont une valeur totale de 14,7 milliards de dollars, a expliqué M. Nelson, un élu démocrate.

Le maire de Miami-Beach, Philip Levine, a quant à lui raconté comment, lors d'inondations, les habitants sont forcés de traverser les rues avec de l'eau jusqu'aux genoux pour rentrer chez eux.

Les autorités vont d'ailleurs installer trois pompes avant les grandes marées d'octobre pour mieux évacuer l'eau, a-t-il précisé.

Loading Slideshow...
  • Le réchauffement climatique, c'est maintenant

    La responsabilité de l'homme dans le réchauffement climatique est plus certaine que jamais et la température moyenne de la Terre devrait encore grimper de 0,3 à 4,8°C d'ici à 2100, estiment le dernier rapport du Giec. Alarmiste? Regardez ce qui nous attend.

  • Jusqu'à 4°C en plus au thermomètre

    La trajectoire actuelle prévoit entre +3°C à +5°C, selon un récent rapport du Programme des Nations unies pour l'environnement, alors que la communauté internationale a officiellement retenu l'objectif de +2°C maximum. Dans son nouveau rapport, le Giec confirme avec 95% de certitude le rôle majeur des activités humaines dans ce réchauffement.

  • La mer va s'élever jusqu'à 82 cm d'ici à 2100

    Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) a revu à la hausse l'augmentation du niveau de la mer, qui devrait être de 26 à 82 cm d'ici 2100, selon le nouvel état des lieux scientifique sur le changement climatique.

  • La bombe à retardement de la fonte des glaciers

    La fonte des glaciers d'altitude, notamment ceux de l'Himalaya, menace l'approvisionnement en eau de nombreuses régions (Inde du nord, Chine). Les glaciers dans les Andes tropicales ont perdu entre 30% et 100% de leur surface en 30 ans. Ceux des Pyrénées pourraient avoir disparu en 2050.

  • 20 à 30% des espèces menacées

    LA biodiversité devrait souffrir du réchauffement, avec 20 à 30% des espèces animales et végétales menacées d'extinction en cas de hausse des températures de 1,5 à 2,4°C par rapport aux 20 dernières années du XXe siècle.

  • Explosion des phénomènes météo extrêmes

    Les événements météorologiques extrêmes (inondations, tornades, canicule)devraient être de plus en plus fréquents avec le réchauffement. Selon un rapport de 18 équipes scientifiques publié début septembre dans le Bulletin of the American Meteorological Society, le réchauffement a contribué à la moitié des phénomènes météorologiques extrêmes sur la planète en 2012.

  • La fin de la banquise arctique d'ici 2050

    La fonte de la banquise arctique, qui couvre 15 millions de km2, a atteint un record durant l'été 2012, se réduisant encore par rapport au précédent record de 2007. Il est de plus en plus probable, estiment les climatologues, de voir l'océan Arctique libre de glace d'ici 2050. Une opportunité économique pour le transport maritime qui voit de nouvelles voies navigables s'ouvrir, ainsi que pour les prospecteurs pétroliers et de minerais, mais une menace de pollution pour ce milieu jusqu'ici relativement épargné.


Retrouvez les articles du HuffPost sur notre page Facebook.


Comment connecter son compte HuffPost à Facebook pour pouvoir commenter?