NOUVELLES

Brunei: report de l'application controversée de la charia

22/04/2014 03:31 EDT | Actualisé 21/06/2014 05:12 EDT

Brunei, un petit sultanat richissime situé sur l'île de Bornéo, a repoussé l'instauration de la charia, la loi islamique, dont l'application devait démarrer mardi magré la condamnation de l'ONU et des critiques --exceptionnelles-- au sein de ce pays d'Asie du Sud-Est.

Le sultan Hassanal Bolkiah, un des hommes les plus fortunés au monde grâce aux ressources pétrolières du territoire, avait annoncé en octobre la promulgation d'un nouveau code pénal islamique, pour les seuls musulmans, censé entré en vigueur en avril.

Les autorités n'ont pas précisé à quelle date le nouveau code pénal serait finalement appliqué, mais un responsable a indiqué aux médias ce que serait "pour très bientôt".

Jauyah Zaini, directeur-adjoint au sein de l'unité de législation islamique a indiqué que la mise en oeuvre avait été repoussée "en raison de circonstances qu'il était impossible d'éviter", selon le Brunei Times.

La nouvelle législation prévoit l'amputation de membres pour les voleurs, la flagellation pour la consommation d'alcool ou l'avortement, ainsi que la lapidation en cas d'adultère.

Le sultan est actuellement en visite à Singapour et le gouvernement attend peut-être son retour pour la mise en oeuvre des nouvelles lois.

Mais cet atermoiement peut aussi donner l'impression d'un dirigeant hésitant, après une vague de critiques sans précédent à son égard, par les groupes de défense de droits de l'Homme mais aussi de la part de ses sujets, traditionnellement pourtant très respectueux.

"Des questions surgissent quand il y a un tel bouleversement" dans le système législatif, souligne Nizam Bashir, un avocat malaisien et militant des droits de l'Homme. "Les réactions pleuvent, ainsi que les questions, qui leur (les autorités) donnent à penser à des choses qui leur avait échappé au début".

Mais l'avocat estime peu probable que le sultan, force motrice du projet, renonce à ce nouveau code pénal.

Le Brunei compte déjà deux systèmes judiciaires: l'un civil et l'autre islamique. Le domaine de compétence de ce dernier est actuellement limité aux litiges mineurs comme les différends matrimoniaux.

Le Brunei sera le seul Etat d'Asie du Sud-Est à appliquer la charia. En Indonésie, plus grand pays musulman au monde, seule la province autonome d'Aceh, sur l'île de Sumatra, a introduit la loi islamique.

Les habitants de Brunei, qui sont un peu plus de 400.000, sont musulmans aux deux tiers, avec une forte présence bouddhiste (13%) et chrétienne (10%).

Ils soutiennent dans l'ensemble les décisions de leur sultan, figure paternelle, mais certains ont "osé" attaquer les pratiques de la charia sur les médias sociaux, un rare geste de défiance, qui a poussé le dirigeant à exiger la fin immédiate des critiques en février, sous peine de poursuites.

L'islam est religion officielle et sa pratique est réputée plus conservatrice qu'en Malaisie ou en Indonésie, pays musulmans voisins.

La consommation d'alcool est ainsi interdite et la pratique d'autres religions que l'islam sévèrement réglementée.

str-dma/jz/fmp/ml

PLUS:hp