NOUVELLES

Naufrage en Corée du Sud : nouveau bilan de 121 morts

21/04/2014 09:23 EDT | Actualisé 21/06/2014 05:12 EDT

Le naufrage du Sewol, un traversier à quatre ponts, a maintenant fait plus de 120 morts, selon un communiqué des garde-côtes sud-coréenne. 

Le nouveau bilan fait état de 121 morts et de 181 disparus sur les 476 passagers que transportait le navire. Ce bilan s'alourdit rapidement depuis que les plongeurs sont parvenus à trouver un moyen pour entrer à l'intérieur de l'épave au cours du week-end. « Ça reste très difficile pour les plongeurs qui cherchent des corps à tâtons dans une eau boueuse », a déclaré un porte-parole des garde-côtes.

La plupart des victimes sont des élèves d'une école secondaire d'Ansan, près de Séoul, qui effectuaient une sortie scolaire. Les 352 élèves devaient effectuer une sortie scolaire sur l'île touristique de Jeju. Le directeur adjoint de l'école, qui avait survécu au naufrage, s'est suicidé vendredi.

Les secours ont peu d'espoir de retrouver les passagers disparus, probablement restés coincés dans le navire pendant le naufrage. Les secouristes précisent que la majorité des victimes ont été retrouvées sur les troisième et quatrième ponts du navire, où plusieurs passagers semblent s'être rassemblés.

Les corps extirpés du navire sont transportés à terre par des officiers de la garde-côtière. Recouverts d'un drap blanc, ils sont ainsi transportés, un par un, vers une tente installée sur le quai de l'île de Jindo où les proches sont invités à aller les identifier.

Le capitaine avait initialement demandé aux passagers de demeurer dans leurs cabines alors que le traversier Sewol prenait l'eau, le 16 avril dernier. Il a attendu plus de 30 minutes avant d'ordonner l'évacuation du navire.

À ce moment, le bateau était tellement incliné que les quelque 200 passagers manquant toujours à l'appel n'auraient tout simplement pas été en mesure de se sauver.

Des membres d'équipage sous enquête

Pendant que près des deux tiers des passagers sont morts, 22 des 29 membres de l'équipage ont survécu à la tragédie. Neuf d'entre eux, dont le capitaine du navire, ont toutefois été arrêtés dans le cadre de l'enquête sur le naufrage. Le capitaine et deux membres d'équipage sont soupçonnés de négligence et d'avoir abandonné des gens dans le besoin.

Un membre d'équipage a expliqué qu'ils avaient tenté de redresser le bateau, mais « que différents appareils [...] n'ont pas fonctionné ».

« Nous avons donc déclaré une situation d'urgence, d'après le jugement du capitaine, et nous avons tenté de déployer les canots de sauvetage, mais le traversier était trop incliné et ce n'était pas possible », a-t-il poursuivi.

De son côté, le capitaine a indiqué avoir hésité à ordonner l'évacuation du navire en raison de la froideur de l'eau et de la force des courants. Il a craint, selon ses dires, que les passagers ne partent à la dérive avant l'arrivée des secours.

Des experts estiment tout de même qu'il aurait dû ordonner aux passagers de monter sur le pont, où leurs chances de survie auraient été plus grandes, sans pour autant leur commander d'abandonner le navire.

Le capitaine a indiqué avoir hésité à ordonner l'évacuation du traversier parce que l'eau était froide et les courants forts, et qu'il craignait que les passagers ne partent à la dérive avant l'arrivée des secours. Des experts croient qu'il aurait quand même dû ordonner aux passagers de monter sur le pont, où leurs chances de survie auraient été meilleures, sans pour autant leur demander d'abandonner le navire.

Le capitaine ne se trouvait pas sur le pont au moment de la tragédie. Il avait confié le contrôle du bateau à son troisième lieutenant.

PLUS:rc