NOUVELLES

La justice ordonne à Obama de lever le secret sur les attaques de drones

21/04/2014 07:16 EDT | Actualisé 21/06/2014 05:12 EDT

Une cour d'appel de New York ordonne à l'administration Obama de rendre public, en grande partie, son mémo justifiant les attaques de drones contre des suspects de terrorisme, y compris des citoyens américains.

La cour a choisi de donner raison au New York Times et à deux de ses journalistes, qui réclament ces informations au nom de la loi américaine sur la liberté de la presse.

La requête des plaignants concernait tout particulièrement des attaques de drones qui ont tué en 2011 trois citoyens américains de naissance ou naturalisés : Samir Khan, Anwar al-Aulaqi, ainsi que son fils.

La Cour d'appel a considéré qu'il n'y avait aucune raison de garder secrètes des informations qui avaient déjà fait l'objet de nombreuses déclarations publiques et de discours de la part de hauts responsables américains, dont le président Barack Obama lui-même.

« Quelle que soit la protection juridique un temps obtenue, elle a été perdue du fait des déclarations publiques de responsables publics au plus haut niveau et des révélations officielles du livre blanc du ministère de la Justice », a écrit le juge Jon Newman.

Cette décision infirme un jugement de janvier 2013, qui avait donné raison au gouvernement
américain en concluant qu'il n'avait pas violé la loi en refusant de rendre ces documents publics.

Le gouvernement n'a pas encore voulu commenter la décision.

Le New York Times et ses journalistes étaient soutenus dans le recours par la puissante organisation américaine de défense des libertés ACLU. David McGraw, l'avocat du journal, s'est dit ravi de la décision rendue lundi. « La cour a réaffirmé un principe ferme de la démocratie : le peuple n'a pas à accepter aveuglément les dires du gouvernement lorsqu'il assure agir légalement; il a un droit de regard », a-t-il déclaré.

PLUS:rc