NOUVELLES

Faute d'internet et de paraboles, les Cubains s'entichent du "paquete"

21/04/2014 11:24 EDT | Actualisé 21/06/2014 05:12 EDT

Personne ne sait d'où il vient, mais tous l'attendent avec impatience : le "paquete", un lot de films, séries télé, sport, jeux et musique, se vend sous le manteau à Cuba où il vient enrichir un morne paysage audiovisuel public.

Sevrés d'internet et interdits d'antennes paraboliques, les Cubains ont pris l'habitude de faire circuler clés USB et disques durs. Depuis quelques semaines, l'île s'est entichée du "paquete" d'un térabit, en langage informatique, soit environ une centaine d'heures de programmes.

Chaque semaine, arrive un nouveau "paquete" que les Cubains, guidés par le bouche à oreille, achètent "à la carte".

L'un va prendre les derniers matches de football de la Liga espagnole, un autre les blockbusters d'Hollywood ou les ultimes rebondissements des telenovelas brésiliennes ou sud-coréennes. Le tout pour un, deux ou cinq pesos (autant de dollars), selon le volume des programmes téléchargés.

Le "paquete" sent le soufre, il y a toujours des surprises, mais rien d'incorrect, assure José, un distributeur du "paquete" : "Pas de politique, pas de pornographie, rien qui mériterait d'avoir la police à ses trousses".

Face à ce nouveau venu sur la scène médiatique cubaine, les autorités sont jusqu'à présent restées tolérantes. Seul un conseiller spécial du président Raul Castro, l'ancien ministre de la Culture Abel Prieto, est sorti du bois pour dénoncer la "poubelle du paquete", qui recèle selon lui, "un culte des Yankees qui nous envahit de manière éhontée".

Lors d'un congrès d'intellectuels mi-avril, Abel Prieto a appelé à "faire concurrence au +paquete+, rabaisser le +paquete+, déprécier le +paquete+, afin que les gens comprennent qu'ils se font berner". Mais il a implicitement exclu de recommander son interdiction.

Lors du même congrès, une commission officielle a reconnu qu'avec ces cinq chaînes nationales étatiques, la télévision cubaine "projette une image très éloignée des nécessités culturelles, informatives et de distraction de notre peuple".

- "On reste tranquille à la maison" -

"Je paye deux pesos et ils me l'amènent à la maison tous les jeudis", explique à l'AFP Alfredo, un cadre de 45 ans du quartier de La Vibora à La Havane.

Maria Teresa, une femme au foyer de 48 ans d'Holguin, à 750 km au sud de La Havane, se rend une fois par semaine chez le distributeur. Pour 0,20 dollar elle sélectionne quatre gigabits de séries TV et de programmes musicaux. "Assez pour toute la semaine", assure-t-elle à l'AFP.

Daniel, un étudiant en droit de 22 ans, va plus loin. "En plus des films et des séries, je recherche des actualisations des antivirus", explique-t-il.

"Je regarde peu la télé, la telenovela cubaine est trop mauvaise et la brésilienne ils la tirent trop en longueur, c'est pénible. Alors j'achète mon petit +paquete+ pour cinq pesos et je suis contente", affirme Graciela, un infirmière de Las Tunas, à 700 km au sud de la capitale cubaine.

Pour la Semaine sainte, le "paquete", auquel l'AFP a eu accès, comprenait même des publicités pour des agences de photo et des petits restaurants privés (paladares), premiers pas dans la publicité commerciale des nouveaux petits entrepreneurs privés.

"J'espère qu'ils ne vont pas l'interdire, ni le transformer, parce qu'au bout du compte on reste tranquille à la maison et ça ne fait de mal à personne", espère Marcos, un charpentier de 50 ans de La Havane.

Pourtant, le "paquete" risque de devenir politique malgré lui. La célèbre blogueuse dissidente Yoani Sanchez a annoncé début avril à Miami, coeur de l'anti-castrisme, qu'elle allait lancer une revue digitale d'opposition.

Sa revue, a-t-elle expliqué, sera distribuée via téléphone portable et courriel, ainsi que sur les supports préférés des Cubains : clés USB, disques durs, DVD et CD. "J'espère qu'elle figurera dans les menus du +paquete+", a-t-elle glissé.

En réponse, le plus célèbre blogueur pro-régime Yohandry a fait dans l'ironie : "J'ai dit à mes voisins et amis d'acheter le +paquete+ de cette semaine, ça pourrait bien être le dernier, parce que tout ce que touche Yoani, elle le pourrit, je peux vous l'assurer".

cb-jhd/hdz/bir

PLUS:hp