NOUVELLES

Avortement : le futur premier ministre terre-neuvien sous pression

21/04/2014 05:27 EDT | Actualisé 21/06/2014 05:12 EDT

Celui qui devrait devenir le prochain premier ministre de Terre-Neuve-et-Labrador fait face aux pressions d'un groupe d'opposants à l'avortement, qui voudrait que la province imite l'Île-du-Prince-Édouard en restreignant l'accès à l'avortement.

L'opinion de Frank Coleman en matière d'avortement a suscité une controverse après qu'il eut confirmé, vendredi, qu'il participe chaque année à une manifestation contre l'interruption volontaire de grossesse, à Corner Brook.

M. Coleman a cependant précisé par communiqué que bien qu'il ne cache pas son opinion personnelle, il ne prévoit pas l'imposer aux autres.

Le groupe Pro-Life NL met en doute cette décision. Un porte-parole du groupe, Patrick Hanlon, affirme qu'une conscience bien formée ne permet pas d'avoir une opinion en privé et une autre en public. Il dit espérer que la conscience de M. Coleman le mènera à utiliser l'influence qu'il aura en tant que premier ministre.

Frank Coleman est devenu jeudi dernier le seul candidat dans la course à la direction du Parti progressiste-conservateur, lorsque son seul opposant a décidé de jeter l'éponge.

Le premier ministre actuel, Tom Marshall, remplace Kathy Dunderdale depuis qu'elle a quitté son poste en janvier, mais cet ancien ministre des Finances occupe la plus haute fonction à titre intérimaire, jusqu'à ce qu'un successeur soit choisi lors d'un congrès, prévu au début de juillet.

Mme Dunderdale a démissionné en janvier, constatant que son leadership était critiqué dans son propre parti. Elle n'aura pu convaincre les électeurs de ses capacités depuis qu'elle a succédé au très populaire Danny Williams à la fin de 2010.

PLUS:rc