NOUVELLES

Arabie/MERS: le ministre de la Santé relevé de ses fonctions

21/04/2014 12:16 EDT | Actualisé 21/06/2014 05:12 EDT

Le ministre saoudien de la Santé, Abdallah al-Rabiah, a été relevé de ses fonctions, a annoncé lundi l'agence officielle SPA alors que les cas de coronavirus MERS se multiplient dans le royaume où 76 personnes sont déjà décédées.

Le ministre, médecin de formation, a été "relevé de ses fonctions et nommé conseiller au cabinet royal avec rang de ministre", a annoncé l'agence sans autres précisions.

Le ministre du Travail, Adel Faqih, a été chargé d'assurer l'intérim, selon la même source.

Au total, 244 cas de contamination ont été recensés en Arabie saoudite, premier foyer de la maladie, dont 76 décès, selon le ministère de la Santé.

La majorité des cas récents ont été enregistrés en milieu hospitalier dans la ville de Jeddah (ouest), ce qui a entraîné, selon les médias saoudiens, un début de panique et des démissions de médecins.

Le ministre de la Santé avait été critiqué sur sa gestion de la crise sur les réseaux sociaux, espace de liberté virtuelle dans le royaume ultra-conservateur.

Dimanche, il avait annoncé lors d'une conférence de presse que la maladie n'avait pas encore atteint le stade d'épidémie.

M. Rabiah a assuré que les mesures prises par ses services étaient "compatibles avec les standards internationaux".

Pour lutter contre le coronavirus, le ministre a fait état d'une réunion quotidienne des services concernés et une invitation adressée à 22 experts de l'OMS (Organisation mondiale de la santé) et de différents pays pour faire le point sur la maladie.

Le ministère a également demandé à cinq firmes pharmaceutiques mondiales de collaborer avec lui pour tenter, sur la base des informations disponibles sur la maladie, de mettre au point un vaccin.

La semaine dernière, le ministre avait affirmé qu'il était trop tôt pour établir un lien direct entre le coronavirus MERS et les chameaux comme le suggère une étude scientifique.

Le coronavirus MERS est considéré comme un cousin plus mortel mais moins contagieux du virus responsable du Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), qui avait fait près de 800 morts dans le monde en 2003.

ak/at/cco

PLUS:hp