NOUVELLES

Le boxeur Rubin «Hurricane» Carter est décédé

20/04/2014 09:37 EDT | Actualisé 20/06/2014 05:12 EDT
Radio-Canada

Rubin « Hurricane » Carter, le boxeur reconnu coupable en 1967 et 1976 de trois meurtres qu'il n'avait pas commis, est décédé à l'âge de 76 ans, dimanche, à Toronto.

Carter a perdu sa longue bataille contre un cancer de la prostate. Il n'y aura pas de funérailles et on procèdera plus tard dans la journée à la crémation. « C'était son désir de ne pas en faire toute une histoire », a indiqué un ami de longue date de Carter, John Artis.

Il a ajouté que Carter était mort dans son sommeil, tôt en matinée. Les membres de la famille de l'ancien boxeur, dont ses deux filles, vivent tous aux États-Unis. Quant à ses effets personnels, notamment ses écrits et ses photos, seront légués à une université de Boston.

« Il s'agit d'une lourde perte pour ceux qui se trouvent dans des pénitenciers et qui ont été erronément reconnus coupables, a déclaré M. Artis. À partir du moment où nous avons été libérés de prison, il a consacré le reste de sa vie à la cause des condamnés à tort. »

Artis a abandonné son travail aux États-Unis et a déménagé à Toronto pour prendre soin de son ami, après que celui-ci eut reçu son diagnostic de cancer il y a près de trois ans.

Pendant les derniers mois de sa vie, au moment où la santé de M. Carter s'était beaucoup détériorée, l'ancien boxeur a dû commencer à se faire à l'idée qu'il était sur le point de rendre l'âme, toujours selon son ami.

« Il a tenté d'en faire le plus possible avant sa mort, a-t-il raconté au sujet de celui qui a créé l'Association de défense des condamnés à tort. Il ne s'est pas beaucoup attardé sur l'héritage qu'il laisse derrière lui, a-t-il aussi confié. C'est quelque chose qui se réalisera de soi-même grâce au résultat de son travail. C'est ce qui le préoccupait le plus, son travail. Il était une personne très altruiste. »

Le destin de M. Artis est lié à celui du Hurricane depuis 48 ans lorsque les deux hommes ont été reconnus coupables des meurtres de trois personnes dans un bar de l'État du New Jersey, en 1966. Les verdicts ont été renversés en 1975, mais ils avaient de nouveau été jugés coupables en 1976.

Après avoir été emprisonné pendant 19 ans, M. Carter a été libéré en 1985 lorsqu'un juge fédéral américain a cassé le second verdict de culpabilité.

Malgré son incarcération, il a toujours clamé son innocence. En plus de sa lutte devant les tribunaux, Carter a écrit de sa cellule son autobiographie: Le 16e round, paru en 1974. Suite à la publication, de nombreuses personnalités publiques ont réclamé un nouveau procès ou l'amnistie pour le boxeur.

En 1975, Bob Dylan a écrit une chanson au sujet de l'emprisonnement de Carter dans une prison du New Jersey. Hurricane résume les prétendus actes de racisme qui, selon le chanteur, sont la principale cause de sa condamnation. Outre Dylan, Joni Mitchell et Mohammed Ali ont endossé la cause du Hurricane.

Durant sa carrière de boxeur, Carter a affiché un dossier de 27 victoires, 12 défaites et un match nul en 40 combats, dont 8 K.-O. et 11 K.-O. techniques. Il a reçu un titre honorifique de champion de la part du WBC en 1994.

En 1999, le réalisateur américain Norman Jewison a mis en image la biographie du boxeur dans le film The Hurricane. Denzel Washington y personifiait Carter, rôle pour lequel il a reçu un Ours d'argent au Festival International de film de Berlin, ainsi qu'un Golden Globe.

INOLTRE SU HUFFPOST

Ils sont décédés en 2014