NOUVELLES

La confusion et l'indécision ont précédé le naufrage du traversier sud-coréen

20/04/2014 06:47 EDT | Actualisé 20/06/2014 05:12 EDT

SÉOUL, Corée du Sud - La confusion et l'indécision régnaient à bord du traversier sud-coréen qui a coulé, et ce bien après qu'il eut commencé à gîter, révèlent des transmissions radio dévoilées dimanche, laissant croire que la situation chaotique ait pu faire gonfler le bilan qui pourrait éventuellement dépasser les 300 victimes.

Trente minutes après que le navire eut commencé à gîter, un membre d'équipage a demandé à un contrôleur du trafic maritime si les passagers seraient secourus s'ils abandonnaient le navire au large de la côte méridionale du pays. Ce membre d'équipage a posé la question à trois reprises. Cela faisait suite à plusieurs déclarations venant du traversier selon lesquelles les passagers ne pouvaient pas se déplacer, et à une autre voulant qu'il était «impossible de diffuser» des instructions.

Plusieurs personnes ont respecté l'ordre initial du capitaine et sont demeurés sous le pont, où l'on craint qu'ils soient toujours coincés. Jusqu'à maintenant, 64 corps ont été récupérés, et environ 240 personnes manquent toujours à l'appel.

Après plusieurs échanges entre le centre de contrôle maritime de Jindo et l'équipage, l'un voulant que les passagers passent des gilets de sauvetage, l'autre demandant s'ils seraient secourus immédiatement, le traversier a coulé avec 476 personnes à bord, dont bon nombre d'élèves d'une école secondaire.

La cause de l'incident demeure inconnue, mais des procureurs ont souligné que le navire avait effectué un virage serré avant de commencer à gîter. Plusieurs membres d'équipage, dont le capitaine, ont été arrêtés sous suspicion de négligence et d'avoir abandonné les passagers. Lundi, un procureur a annoncé à des reporters que deux seconds capitaines, un second lieutenant et un chef mécanicien sont également accusés d'avoir abandonné le navire.

Plus de 170 personnes ont survécu au naufrage. Le capitaine a pris plus de 30 minutes avant d'émettre un ordre d'évacuation, que plusieurs passagers disent n'avoir jamais entendu. Le bilan des victimes confirmées a grandement augmenté au cours de la fin de semaine, après que des plongeurs eurent finalement découvert une façon d'entrer dans le navire et ont rapidement trouvé une dizaine de corps.

Selon l'un des proches des victimes, tous sont désireux de retrouver les corps des passagers noyés, puisqu'après quatre ou cinq jours passés dans l'eau, le processus de décomposition s'engage.

«Mon fils me manque terriblement, a déclaré Lee Woon-geun. J'ai vraiment peur de ne pas pouvoir retrouver sa dépouille.»

Le capitaine du bateau, qui n’était pas aux commandes du navire au moment de la tragédie, et deux membres d’équipage ont été arrêtés. Lee Joon-seok, le capitaine âgé de 68 ans, est accusé d’avoir abandonné des gens qui avaient besoin d’aide et de secours. Il aurait quitté le traversier avant les passagers.

PLUS:pc