NOUVELLES

En avant 3-0 dans une série, une première pour plusieurs joueurs du CH

20/04/2014 11:48 EDT | Actualisé 20/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - C'est la première fois pour plusieurs jeunes joueurs du Canadien qu'ils se retrouvent confortablement adossés dans le siège du conducteur, en avant 3-0 dans une série éliminatoire.

Mais ils connaissent déjà la chanson: «It's not over till it's over». Ce n'est pas fini tant que ce n'est pas fini.

P.K. Subban et Brendan Gallagher n'ont même pas voulu dire que le Tricolore est en contrôle de la série.

«Je ne sais pas ce que `contrôler la série' veut dire. Nous n'abordons pas les choses en pensant que nous sommes en contrôle de la situation. Nous nous concentrons uniquement sur le prochain match.»

«On ne veut pas dire ça, a repris Gallagher. Nous savons qu'ils (les joueurs du Lightning) vont tout donner. Ils ont le dos acculés au mur et c'est difficile d'affronter une équipe dans ce contexte-là. Nous devrons être prêts à leur donner la réplique et utiliser à notre avantage l'énergie de notre foule.»

Le vétéran Tomas Plekanec a ajouté sa voix à celle de ses jeunes coéquipiers, en rappelant que la série était loin d'être terminée.

«Nous devons rester concentrés et continuer d'appliquer les stratégies, à chacune de nos présences sur la glace.»

Soulignant que c'est du jamais vu pour plusieurs joueurs de l'équipe, Subban a dit que tout le monde reste concentré sur la tâche à accomplir.

«C'est notre mentalité depuis le début de la série, a-t-il mentionné. Personnellement, je remarque que plus je joue en séries, peu importe la situation, il y a toujours un nouveau défi à relever. Qu'il s'agisse d'un match numéro six ou numéro sept, ou d'une rencontre à élimination, il y a une nouveauté qui se présente.»

La défaite en six matchs du Canadien contre les Bruins de Boston en 2011 trotte dans la tête de plusieurs joueurs.

«Nous avions gagné les deux premiers matchs à Boston et nous menions le troisième match chez nous 3-1 après deux périodes. Mais nous l'avons perdu et les Bruins nous ont éliminés en sept», a-t-il relaté.

«Peu importe l'importance que revêt un match, tout ce qui compte c'est votre état d'esprit. Nous affichons le bon état d'esprit actuellement.»

L'effet Reno

Le Canadien a offert une autre solide performance à son retour à domicile. Il n'y avait que 11 secondes d'écoulées que Rene Bourque lui procurait l'avance.

«Ce n'était rien de planifié. Nous avons profité d'un bond favorable de la rondelle», a expliqué Bourque.

L'atmosphère était déjà électrique dans le Centre Bell à la suite de l'interprétation de l'hymne national par Ginette Reno.

Les joueurs ne la connaissaient pas, mais ils ont bien réalisé que c'était une grande chanteuse, en voyant la réaction des partisans. Sur le banc des joueurs, le jeune Brendan Gallagher a demandé à son voisin Daniel Brière qui c'était.

«Elle a fait tout un travail pour réchauffer le public. J'espère qu'elle va revenir pour le match de mardi», a dit Bourque.

Le Tricolore aurait pu se sauver avec le match s'il avait saisi une des deux occasions qu'il a eues en supériorité numérique ou s'il ne s'était pas buté par la suite au brio du gardien Anders Lindback.

Le Lightning a repris du poil de la bête en deuxième période. Carey Price a effectué de bons arrêts, avant qu'il ne crée l'égalité et qu'il se fasse refuser un but. Gallagher a replacé le Canadien en avant, à 1:10 de la fin.

«Nous avons connu un relâchement en deuxième période, a expliqué Plekanec. Nous avons commis des erreurs que nous n'avions pas faites dans les deux matchs en Floride. Heureusement, nous nous sommes raplombés en troisième période.»

PLUS:pc