NOUVELLES

Des opposants défilent à Caracas pour la "résurrection de la démocratie"

20/04/2014 04:53 EDT | Actualisé 20/06/2014 05:12 EDT

Des centaines d'opposants ont manifesté à Caracas pour réclamer, ce dimanche de Pâques, "la résurrection de la démocratie" et protester contre le président Nicolas Maduro, confronté depuis plus de deux mois à un fort mouvement de mécontentement.

Drapeaux vénézuéliens en tête, les protestataires ont défilé jusqu'au siège de l'ONU à Caracas, situé dans un quartier résidentiel, où depuis plus d'un mois des étudiants ont installé un campement de plus d'une centaine de tentes pour protester contre la gestion du président.

"J'en ai assez de l'abus de pouvoir du gouvernement", a dit à l'AFP Genesis Reveron, une étudiante de 20 ans portant une marionnette représentant M. Maduro, responsable, selon elle, "de la mauvaise gestion avec une inflation et une insécurité en forte hausse".

Un drapeau autour du cou, Marta Rodriguez, une fonctionnaire de 48 ans, a indiqué qu'elle était venue manifester en famille contre "l'avenir incertain de notre pays et pour le retour de la démocratie".

Les manifestants se sont rassemblés à l'appel du parti Volonté Populaire, l'aile radicale de l'opposition, dont le chef, Leopoldo Lopez, est détenu depuis le 18 février.

Ont participé à la marche l'ex-députée de l'opposition Maria Corina Machado et le maire de Caracas, Antonio Ledezma, partisan avec Leopoldo Lopez de poursuivre les manifestations de rue pour accroître la pression sur le président Maduro et obtenir sa démission.

Depuis le 4 février, le Venezuela connaît une vague de protestations menée au début par les étudiants de San Cristobal (ouest) contre l'insécurité mais qui s'est étendue à d'autres villes en ajoutant aux revendications la lutte contre la répression, un taux d'inflation annuel de 57,3%, la rareté de produits de première nécessité et réclamant la libération des opposants détenus.

Lors des manifestations, dont l'intensité est dernièrement en baisse, 41 personnes ont été tuées, plus de 600 blessées et une centaine arrêtées.

pc/ll/bir/plh

PLUS:hp