NOUVELLES

Un adolescent accusé pour avoir menacé de mort le père de Rehtaeh Parsons

19/04/2014 04:57 EDT | Actualisé 19/06/2014 05:12 EDT

HALIFAX - Un jeune homme de Halifax est accusé d'avoir proféré des menaces de mort à l'endroit du père de Rehtaeh Parsons, suicidée l'an dernier après avoir subi de l'intimidation sur Internet.

Selon le père de la jeune Rehtaeh Parsons, Glen Canning, la police lui a dit que l'accusé est l'un des deux adolescents qui ont reçu des accusations de pornographie en lien avec le dossier de sa fille.

Le police refuse de divulguer l'identité de la présumée victime et de l'accusé âgé de 19 ans, qui n'a pas encore comparu.

Mais c'est Glen Canning lui-même qui a confirmé, samedi, que les accusations étaient liées à des menaces qu'il a reçues sur le Web l'an dernier.

Rehtaeh Parsons est morte en avril dernier après s'être suicidée dans sa maison, à Halifax. La jeune fille de 17 ans a été humiliée sans relâche lorsqu'une photo d'elle prétendument en train d'être violée, en novembre 2011, a circulé sur Internet et à son école.

Deux adolescents sont accusés de distribution de pornographie juvénile. L'un d'eux est également accusé de production de matériel pornographique.

Le porte-parole de la GRC, le caporal Scott MacRae, a affirmé que la police avait commencé à enquêter sur les allégations de menaces de mort le 2 août dernier après avoir reçu des plaintes d'un homme de 49 ans.

«Il a fallu jusqu'à avril pour faire avancer l'enquête. Il y a des manières de déterminer à qui appartient un ordinateur ou qui a possiblement proféré des menaces, mais c'est un processus complexe», a-t-il expliqué.

Le jeune homme, arrêté après que du matériel informatique eut été saisi chez lui, comparaîtra le 20 mai. Il sera accusé de profération de menaces de mort et de harcèlement criminel.

Glen Canning, qui milite maintenant activement pour les victimes d'agression sexuelle et de cyberintimidation, a dit que sa famille avait été la cible de harcèlement en ligne depuis la mort de sa fille. Certains sont toutefois allés trop loin et il a contacté la police.

«Je pense qu'ils menaçaient de me tuer si je ne me taisais pas», a-t-il affirmé.

PLUS:pc