NOUVELLES

Téhéran dénonce la confiscation d'un gratte-ciel iranien à New-York

19/04/2014 03:56 EDT | Actualisé 18/06/2014 05:12 EDT

Le ministère iranien des Affaires étrangères a qualifié d'"illégale" la confiscation d'un gratte-ciel de Manhattan appartenant à la fondation caritative iranienne Alavi, ont rapporté les médias iraniens.

"La confiscation des biens de la fondation Alavi est illégale et viole les engagements des Américains quant à la liberté religieuse de leurs propres citoyens", a déclaré Marzieh Afkham, porte-parole de la diplomatie iranienne, dont les propos ont été rapporté tard vendredi soir par l'agence officielle Irnz.

"La fondation Alavi est une institution caritative privée aux Etats-Unis, sans aucun lien avec l'Iran", a-t-elle assuré, estimant que la décision de justice était "sans fondement".

Un juge fédéral américain a approuvé le projet du gouvernement de mettre en vente un gratte-ciel appartenant à la fondation Alavi et d'en redistribuer les recettes pour indemniser des familles de victimes d'attentats.

Cet accord approuvé jeudi par un juge fédéral est le dernier développement d'une longue affaire sur le sort de cet immeuble de 36 étages situé au numéro 650 de la Cinquième Avenue, au coeur de Manhattan.

Les familles des victimes des attentats de 1983 contre des baraquements des Marines à Beyrouth et de 1996 contre les Tours Khobar en Arabie saoudite figurent parmi les personnes qui doivent toucher les recettes de la vente.

L'Iran a toujours démenti toute implication dans ces attentats.

L'année dernière, une juge de district avait déjà donné raison au gouvernement américain, en estimant que les propriétaires du gratte-ciel avaient violé les sanctions contre l'Iran et la législation en matière de blanchiment d'argent.

Selon les autorités américaines, les propriétaires de l'immeuble --la fondation Alavi, une organisation à but non lucratif qui promeut la culture islamique et la langue persane, et le groupe Assa-- ont transféré les revenus issus de la location de cet immeuble ainsi que d'autres fonds à la banque nationale iranienne Melli.

En plus de cet immeuble de Manhattan, les autorités américaines vont vendre d'autres propriétés liées à l'Iran, saisies en Californie, dans le Maryland, au Texas, en Virginie et dans le quartier du Queens à New York.

Aucune date n'a été fixée pour la vente de ces propriétés.

sgh/fcc

PLUS:hp