NOUVELLES

Syrie: le chef d'Al-Qaïda appelle les jihadistes à l'unité

19/04/2014 02:47 EDT | Actualisé 18/06/2014 05:12 EDT

Le chef d'Al-Qaïda Ayman al-Zawahiri a démenti avoir changé d'idéologie, comme l'en accuse un groupe jihadiste, et a appelé à l'unité dans les rangs contre le régime de Bachar al-Assad, dans une interview audio diffusée samedi.

Cette déclaration survient alors qu'une guerre fratricide entre groupes armés a déjà fait des milliers de morts depuis janvier dans les zones du nord du pays échappant à l'autorité de Damas.

L'interview, réalisée entre février et avril selon le centre américain de surveillance des sites islamistes SITE, a été diffusée après qu'un puissant groupe jihadiste en Syrie, l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), a accusé les dirigeants d'Al-Qaïda de s'être "détournés de la bonne voie".

"Ils ont divisé partout les rangs des moujahidine", a accusé le porte-parole de l'EIIL, Abou Mohammed al-Adnani, dans un communiqué posté vendredi sur les forums jihadistes.

M. Zawahiri a rejeté de telles allégations, laissant entendre que le régime syrien avait pu infiltrer les groupes jihadistes pour semer la division, selon SITE qui a traduit l'interview donnée à As-Sahab, l'organe médiatique d'Al-Qaïda.

"Si je vous ordonne de combattre vos frères moujahidine, ne m'obéissez pas. Si je vous ordonne de vous faire exploser au milieu de vos frères moujahidine, ne m'obéissez pas", a-t-il dit.

Le différend avec l'EIIL a éclaté l'année dernière lorsque Zawahiri a ordonné à ce groupe de restreindre ses activités à l'Irak après l'avoir accusé de violences contre des civils et des rebelles rivaux.

Le commandement d'Al-Qaïda a déclaré un autre groupe, le Front al-Nosra, comme la branche officielle d'Al-Qaïda en Syrie, désavouant clairement l'EIIL.

"Notre méthode est de nous concentrer sur (...) l'Amérique, ses alliés croisés, et les sionistes et leurs agents traitres, et d'inciter la Ummah (la communauté musulmane) à se rallier au jihad contre eux et à mettre de côté leurs différends", a insisté Zawahiri dans l'interview.

"Notre méthode est d'éviter (...) des opérations qui pourraient potentiellement verser le sang de façon injuste (...) de personnes sur les marchés, dans les zones résidentielles et même parmi les groupes jihadistes", a-t-il dit.

Début janvier, de nombreux groupes rebelles, dont Al-Nosra, excédés par les exactions attribuées à l'EIIL et sa volonté d'hégémonie, ont lancé une offensive contre le groupe jihadiste dans les zones contrôlées par la rébellion dans le nord du pays.

bur-jk/vl/fcc

PLUS:hp