NOUVELLES

De nombreuses personnalités d'envergure s'intéressent aux Bills de Buffalo

19/04/2014 10:28 EDT | Actualisé 19/06/2014 05:12 EDT

BUFFALO, États-Unis - L'ex-quart-arrière Jim Kelly, un membre du Temple de la renommée de la NFL, est prêt à présenter une offre pour acheter les Bills de Buffalo. Même chose du côté de Donald Trump. N'écartez pas de l'équation la famille du propriétaire des Bruins de Boston, Jeremy Jacobs. Même Jon Bon Jovi, le célèbre rocker du New Jersey, jonglerait avec l'idée.

Ce n'est pas tous les jours — ni tous les ans — qu'une équipe de la NFL se retrouve sur le marché comme c'est le cas des Bills, à la suite du décès de son propriétaire, Ralph Wilson, le mois dernier.

Les désirs de Wilson que l'équipe soit vendue, plutôt que léguée à sa famille, soulèvent la possibilité que les Bills déménagent de la ville qui les accueille depuis plus de 50 ans. Toronto et Los Angeles sont deux destinations possibles parce que les futurs propriétaires auraient la chance de hausser leurs revenus par rapport à Buffalo, qui se veut le deuxième plus petit marché de la NFL.

Des propriétaires potentiels font déjà la file ou, à tout le moins, manifestent leur intérêt. Sans dévoiler de noms, Richard Tobe, directeur exécutif adjoint du comté d'Erie, a confié qu'il avait été approché par dix groupes de propriétaires potentiels. Il leur a dit de contacter l'équipe.

Selon une estimation de Forbes, menée l'année dernière, les Bills étaient évalués à 870 millions $. Toutefois, le prix de vente pourrait être plus élevé en raison du nombre possible de soumissionnaires et de la rareté des équipes de la NFL actuellement disponibles.

Le processus d'appel d'offres ne commencera pas tant et aussi longtemps que la succession de Wilson n'aura pas nommé une firme bancaire d'investissement, qui devra déterminer la valeur réelle de l'équipe et qui supervisera les négociations.

«Nous sommes tous dans un état d'attente, a déclaré Michael Cohen, vice-président exécutif à l'emploi de Donald Trump, cette semaine. Et M. Trump se trouve au sommet de cette liste.»

Selon Cohen, Donald Trump a déjà communiqué avec la NFL, la succession de Wilson et plusieurs propriétaires du circuit.

«Personne n'est plus sérieux que Donald Trump, a ajouté Cohen, répétant un argument que le fameux homme d'affaires a soulevé dans des gazouillis la semaine dernière. Donald Trump a clairement fait savoir que les Bills vont demeurer à Buffalo.»

Dan Kelly, vice-président de Jim Kelly Inc., a confirmé à l'Associated Press la semaine dernière que son frère tentera d'acheter les Bills.

«Jim sera un participant actif dans le processus», a annoncé Kelly, assurant que l'ancien quart-arrière étoile des Bills présentera une offre, malgré le fait qu'il subit des traitements pour traiter un cancer des sinus, réapparu récemment.

Le nom de la famille Jacobs fait également surface régulièrement, selon plusieurs personnes au fait du dossier.

«Il est un joueur, c'est sûr», a appris l'Associated Press d'une personne qui a requis l'anonymat puisque Jacobs n'a pas révélé ses intentions.

La semaine dernière, Jeremy Jacobs père a publié un communiqué dans lequel il annonçait qu'il n'avait aucunement l'intention de vendre les Bruins afin d'acheter les Bills. Un tel geste serait toutefois nécessaire puisque les règles de la NFL interdisent à un propriétaire de contrôler des équipes sportives majeures dans des marchés différents. Mais la déclaration de M. Jacobs ne précisait pas si ses fils pourraient faire partie d'un groupe de propriétaires.

Jacobs est originaire de Buffalo, et ses trois fils, Jeremy fils, Lou et Charlie, sont les propriétaires de Delaware North, une entreprise de services alimentaires établie à Buffalo. Charlie Jacobs est aussi un membre de la haute direction des Bruins.

Et il y a Bon Jovi, qui est associé à Larry Tanenbaum, président de Maple Leaf Sports and Entertainment, qui contrôle les Maple Leafs et les Raptors de Toronto, de la NBA.

Bien que Bon Jovi et Tanenbaum soient proches, aucun lien formel n'a encore été établi entre les deux hommes au sujet de l'achat possible des Bills et d'un transfert de l'équipe à Toronto.

Ken Sunshine, un représentant de Bon Jovi, a déclaré que «Jon est passionné par l'idée de devenir propriétaire d'une équipe de la NFL», mais n'a fait aucune mention des Bills.

Un obstacle majeur se dresse devant tous ceux qui voudraient déménager l'équipe pendant la durée du bail de dix ans conclu avec les autorités de l'État de New York et du comté, en décembre 2012.

Les Bills se verraient imposer une pénalité de 400 millions $ pour le simple fait de laisser planer un déménagement pendant la durée du bail. La seule exception serait tolérée en juillet 2020, où les Bills pourraient mettre fin à l'entente en échange d'une somme d'environ 28,4 millions $.

PLUS:pc