NOUVELLES

CH: Brian Gionta va s'assurer de donner un cours d'histoire aux plus jeunes

19/04/2014 04:35 EDT | Actualisé 19/06/2014 05:12 EDT

BROSSARD, Qc - Un excès de confiance guette souvent les équipes qui amorcent une série éliminatoire en gagnant les deux premiers duels dans le château fort de l'ennemi. Le Canadien ne possède pas ce luxe-là, même après avoir fait le coup au Lightning de Tampa Bay.

Le capitaine Brian Gionta va s'assurer de partager aux plus jeunes une tranche de l'histoire récente de l'équipe.

C'est que les deux fois précédentes que le Tricolore a pris les devants 2-0 dans une série à l'étranger, ça s'est mal terminé pour lui. Et les équipes qui ont orchestré ces remontées ont par la suite toutes deux remporté la Coupe Stanley! Voilà certes des faits dont l'entraîneur du Lightning, Jon Cooper, peut s'inspirer afin de stimuler ses troupiers, avant le troisième affrontement de la série, dimanche, au Centre Bell.

Retour dans le temps: premier tour des séries de 2006, rappelez-vous, le Canadien avait vaincu les Hurricanes de la Caroline deux fois chez eux, avant de subir quatre défaites en succession. Galvanisés par ce retour, les Hurricanes n'avaient plus regardé derrière, en route vers leur première conquête de la Coupe Stanley.

Cinq ans plus tard, en 2011, les Bruins de Boston ont effacé un retard de deux rencontres, également au premier tour, avant de l'emporter en sept, et de voguer également jusqu'à la conquête de la Coupe.

Gionta se rappelle fort bien de la série contre les Bruins, et il va se faire un devoir de rémémorer son dénouement à ses jeunes coéquipiers.

«Nous sommes tombés dans le piège, a-t-il évoqué, samedi. Après avoir gagné les deux premiers matchs dans leur amphithéâtre, nous avions levé le pied de l'accélérateur quelque peu. Nous devons nous assurer d'être prêts et concentrés en vue du troisième match. Nous devons continuer de faire les choses qui nous ont permis de remporter les deux premiers matchs.»

D'autres pourront ajouter leur voix à celle du capitaine: Carey Price, P.K. Subban, Andrei Markov, Tomas Plekanec, David Desharnais, Max Pacioretty, Josh Gorges, Ryan White et Travis Moen faisaient également partie de l'équipe, il y a trois ans. De la formation de 2006, il n'y a que Markov, Plekanec et Francis Bouillon.

Pour Gionta, c'est facile de ne pas trop regarder loin devant et de demeurer concentré sur la tâche à accomplir.

«Nous devons être prêts à contrecarrer les ajustements que les joueurs du Lightning vont faire. Parce qu'ils vont en apporter, c'est certain, a-t-il avancé. Nous avons bien réagi à ce chapitre au cours des deux premiers matchs. Il nous faudra continuer dans cette voie.»

Congé et réunion

L'entraîneur Michel Therrien a donné congé d'entraînement sur glace à l'équipe, samedi. Les joueurs ont été conviés à une réunion, avant de se délier les muscles en gymnase.

On a principalement abordé les changements que le Lightning pourrait tenter afin de ne pas être pris de court.

Therrien a dit ne pas craindre un relâchement de l'équipe parce qu'il constate que les joueurs vaquent bien à leur affaire.

«Les gars sont réellement concentrés sur ce qu'ils doivent faire aujourd'hui afin d'être prêts pour le match de dimanche, a-t-il déclaré. Tant et aussi longtemps que nous aurons cette mentalité, il n'y aura pas de problème.

«Plus on avance dans une série, plus les matchs sont difficiles à remporter. Il faut avoir la mentalité d'être à ses affaires», a-t-il ajouté.

«Nous, les entraîneurs, on établi le plan de match et nos `leaders' jouent un rôle crucial.»

Therrien a mentionné que le Canadien a eu du succès en Floride parce qu'il a respecté la notion de concept d'équipe.

«Les joueurs ont acheté le plan. Ils réalisent qu'on a du succès quand on obtient la contribution de tout le monde.»

L'entraîneur a souligné l'importance pour les joueurs de bien maîtriser leurs émotions à leur retour au Centre Bell, où l'atmosphère sera électrique dimanche.

Gionta a dit que ses coéquipiers et lui devront utiliser l'énergie de la foule à leur avantage.

«Nos partisans sont formidables, et le Centre Bell est un amphithéâtre difficile où jouer pour nos adversaires. Nous devrons nous assurer que ce soit bien le cas, dimanche.»

PLUS:pc