NOUVELLES

Une mosquée vandalisée dans le nord d'Israël (police)

18/04/2014 04:43 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

Un graffiti anti-arabe a été retrouvé sur les murs d'une mosquée à Oum al-Faham dans le nord d'Israël, et une porte a également été endommagée, a rapporté vendredi la police israélienne.

Les mots "Arabes dehors" ont été inscrits en hébreux, dans le nuit de jeudi à vendredi, sur les murs de bâtiment religieux, a expliqué à l'AFP le porte-parole de la police, Micky Rosenfeld.

"De tels incidents ont pour but d'affecter les relations entre Arabes et Juifs", a déclaré l'imam de cette mosquée, Jamil Mahagna, au site internet Ynet.

"Nous demandons l'arrestation des criminels", a-t-il ajouté.

Cette attaque a été condamnée par un groupe oecuménique qui représente chrétiens, juifs et musulmans de Terre sainte.

"Le Conseil des institutions religieuses de Terre sainte condamne cet acte de vandalisme (...) et ces profanations répétées de lieux saints", a indiqué le groupe dans un communiqué appelant les autorités israéliennes à "intensifier leurs efforts pour capturer et traduire les coupables en justice".

Des colons extrémistes ainsi que des activistes d'extrême droite se livrent, sous l'appellation du "Prix à payer", à des agressions visant des villageois palestiniens ou arabes israéliens, des lieux de culte musulmans et chrétiens, des militants pacifistes israéliens, voire l'armée, en réaction à des décisions gouvernementales qu'ils jugent hostiles à leurs intérêts ou des actes attribués à des Palestiniens.

Début avril, des graffitis anti-chrétiens avaient été retrouvés sur les murs du monastère de Notre-Dame de Palestine, à l'ouest de Jérusalem.

Un graffiti avec l'inscription en hébreu "Seuls les gentils (non juifs, NDLR) doivent quitter notre terre" a aussi été retrouvé dans le nuit du 2 au 3 avril dans un village arabe du nord d'Israël, où des extrémistes juifs présumés sont soupçonnés d'avoir crevé les pneus de 40 véhicules.

scw/jad/faa/sw

PLUS:hp