NOUVELLES

Un camp de fortune d'immigrants caché dans les broussailles découvert au Texas

18/04/2014 03:19 EDT | Actualisé 18/06/2014 05:12 EDT

MCALLEN, États-Unis - Au moins 80 immigrants soupçonnés d'être entrés illégalement aux États-Unis ont été arrêtés dans un camp de fortune découvert dans le sud du Texas.

Le camp était situé dans une zone de taillis non exploitée, près d'un club de tennis abandonné. Les immigrants campaient dans des tentes et des huttes camouflées par des cactus et des branches de mesquite. Certains d'entre eux ont dit aux autorités qu'ils dormaient là, sur des morceaux de carton, depuis au moins une semaine, avec très peu d'eau et de nourriture.

Il n'était pas clair si certaines des personnes interpellées jeudi étaient des guides soupçonnés de faire passer la frontière aux immigrants, a affirmé le porte-parole de la patrouille frontalière Danny Tirado.

Peu de temps après, 132 immigrants ont été arrêtés dans deux bâtiments sur une propriété d'Alton, à environ 12 kilomètres du premier camp, selon la chaîne de télévision KRGV.

L'an dernier seulement, la patrouille frontalière a effectué plus de 154 000 arrestations dans le secteur texan de la frontière entre le Mexique et les États-Unis — c'est plus que n'importe-où ailleurs sur la frontière du sud-ouest. La majorité des immigrants viennent du Honduras, du Salvador ou du Guatemala.

Habituellement, des passeurs procèdent en faisant traverser les immigrants par petits groupes au fleuve Rio Grande et les entassent ensuite dans des petites maisons situées du côté texan de la frontière, jusqu'à ce qu'ils prévoient comment ils se déplaceront jusqu'à leur destination.

«Nous avions un burrito par jour», a raconté Alfredo Espinoza Rivera, qui a été arrêté au camp. Il a quitté le Salvador il y a environ six semaines, et dit avoir donné 7000 $ à un passeur. Âgé de 37 ans, M. Rivera a soutenu qu'il tentait de rejoindre son père, un citoyen américain qui vit à Los Angeles.

«J'ai peur de rentrer dans mon pays, a-t-il dit. Il y a beaucoup de criminalité et la vie est dure.»

PLUS:pc