NOUVELLES

MLB - Deux ans après son odyssée pour quitter Cuba, Puig rattrapé par son passé

18/04/2014 05:05 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

A 23 ans, Yasiel Puig est le nouveau phénomène des Los Angeles Dodgers et le de la MLB, la Ligue nord-américaine de baseball, mais le Cubain a traversé bien des épreuves avant de vivre son rêve américain et certaines reviennent le hanter.

La démesure fait partie de sa vie: sa puissance qui lui a permis de frapper 19 home runs la saison dernière, son contrat avec les Dodgers (42 millions de dollars, 31 M EUR, sur sept ans), sa soif de rattraper le temps perdu, son immaturité aussi.

Même le récit de son départ de Cuba en 2012 est incroyable, comme l'a reconstitué le Los Angeles Times au grand désarroi de Puig, très discret sur le sujet.

Comme beaucoup de talents du baseball cubain, il a fui le régime castriste et mis en danger sa vie pour rallier les Etats-Unis.

Depuis le début des années 1990, une soixantaine de Cubains ont tenté leur chance en MLB. Puig n'est donc pas un cas isolé, mais son périple est unique.

Fatigué de devoir survivre avec 17 dollars (12 EUR) par mois, le salaire unique dans la Ligue cubaine, Puig a tenté à quatre reprises de quitter Cuba, entre 2011 et 2012, avant d'être arrêté par les autorités cubaines ou en pleine mer par les gardes côtes américains.

- Kidnapping -

Les tentatives de défection de Puig sont financées par un réparateur de climatiseurs de Miami, Raul Pacheco, qui, en échange de son aide, a obtenu du joueur qu'il lui verse une partie de ses futurs revenus.

En juin 2012, Puig, accompagné de sa compagne de l'époque et d'un ami boxeur, pense avoir mis toutes les chances de son côté en conviant aussi un prêtre santoria, la religion locale. Ils prennent place à bord d'un bateau qui les conduit, malgré une panne d'essence, sur l'île des femmes, en face de Cancun.

Car s'il veut signer un juteux contrat avec une franchise MLB, Puig doit passer par le Mexique. Puig et ses compagnons croient avoir réussi, mais leurs passeurs font partie d'un redoutable cartel de la drogue, Los Zetas, et font monter les enchères. Depuis Miami, Pacheco, le commanditaire mi-escroc mi-repris de justice, refuse de céder et monte une opération quasi-militaire pour kidnapper Puig et ses amis, reclus pendant des semaines dans un hôtel.

Enfin libre, Puig contacte des franchises MLB qui l'avaient sur leurs tablettes après ses prestations à l'étranger avec les sélections de jeunes de Cuba.

Les Dodgers emportent le morceau à la grande surprise de leur supporteurs qui ne connaissent pas le phénomène.

- Menaces de mort -

Après une période d'acclimatation dans l'Arizona Rookie League, Puig fait ses débuts en MLB le 3 juin 2013. Les Dodgers, six titres suprêmes à leur palmarès, sont alors moribonds, mais sous les coups de canon de leur star comparée à Joe DiMaggio, ils atteignent les demi-finales des World Series.

Nouvelle coqueluche du tout Los Angeles, Puig est désarmant de gentillesse avec les supporteurs mais défraie aussi la chronique avec ses différents excès, sur le terrain, au volant, dans les restaurants et boîtes de nuit.

Son passé le rattrape rapidement: selon le Los Angeles Times, il aurait reçu des menaces de mort du cartel mexicain qui l'a fait sortir de Cuba et qui exige des compensations financières.

Et il y aussi cette procédure en justice lancée à Miami par la famille de Miguel Angel Corbacho Daudinot emprisonné sept ans à Cuba et victime de tortures.

Il avait approché Puig pour organiser son départ vers les Etats-Unis. Après l'une de ses tentatives ratées, Puig serait rentré dans les bonnes grâces des autorités cubaines en le dénonçant.

Puig, déjà guère à l'aise avec la presse, se tait: "Je comprends que les gens s'intéressent à cette période et posent des questions, mais je n'ai rien à dire", a-t-il déclaré dans un bref communiqué.

Le joueur star des Dodgers reste pour le moment fidèle à lui-même: il a manqué le premier match de la saison pour être arrivé en retard, s'est blessé à la main après un spectaculaire plongeon et a frappé un home-run.

jr/cda

PLUS:hp