NOUVELLES

Les joueurs de l'Impact comptent être à la hauteur du défi à Kansas City

18/04/2014 10:27 EDT | Actualisé 18/06/2014 05:12 EDT
Richard Wolowicz via Getty Images
MONTREAL, QC - APRIL 5: Lloyd Sam #10 of the New York RedBulls defends against Marco Di Vaio #9 of the Montreal Impact during the MLS game at the Olympic Stadium on April 5, 2014 in Montreal, Quebec, Canada. (Photo by Richard Wolowicz/Getty Images)

MONTRÉAL - La peur de perdre peut être un élément de motivation puissant. La peur de se faire ridiculiser, par contre, l'est encore plus. Ce sentiment-là pourrait être bien présent, samedi à Kansas City, lorsque l'Impact affrontera le Sporting, champion en titre de la MLS.

«Quand tu te retrouves à un endroit comme ça, tu n'as d'autre choix que de rehausser ton niveau de jeu», a déclaré Troy Perkins, cette semaine, en faisant allusion aux matchs disputés sur le terrain du Sporting, où le rythme de jeu est souvent soutenu et où l'atmosphère dans les gradins est l'une des plus animées dans le circuit Garber.

«Quand tu te retrouves dans un environnement comme ça, où le niveau d'énergie est élevé, où il y a de la pression, il faut être à son meilleur. Moi, j'adore ça, a souligné le gardien de l'Impact. Des défis comme ça, c'est ce que tu recherches en tant qu'athlète professionnel. Tu veux qu'on te mette à l'épreuve, tu veux affronter les meilleurs.»

«Ce sont les champions et ils ont des joueurs qui excellent dans les phases de transition, a noté l'entraîneur de l'Impact, Frank Klopas. Cela dit, j'ai confiance en mon groupe et mes joueurs le savent. Ils devront avoir, sur le terrain, la même confiance en eux.

«Mais ils doivent en même temps comprendre que la tâche va être difficile, et que dans les moments difficiles, il faut se tenir ensemble collectivement.»

Le onze montréalais a connu du succès sur le terrain du Sporting puisqu'il a remporté deux des trois matchs disputés à cet endroit depuis son entrée en MLS, en 2012.

À son année d'expansion, l'Impact s'était présenté à Kansas City avec une fiche de 2-5-2 et l'avait emporté 2-0. En revanche, l'an dernier, il y avait subi son premier revers de la campagne après avoir lancé l'année avec quatre gains d'affilée.

Cette fois, les joueurs montréalais espèrent que la visite dans le Midwest américain leur permettra de signer une première victoire cette saison, ce qui mettrait un baume sur leur dossier de 0-3-3.

«Il faut faire comme par le passé. C'est le moment de jouer notre meilleur match de l'année et de ramener les trois points», a lancé Felipe.

Klopas a dit avoir mis l'accent, cette semaine à l'entraînement, sur la nécessité de rester concentré pendant toute la durée d'un match. Il veut ainsi éviter les relâchements qui ont miné l'équipe jusqu'ici cette saison.

«L'identité que nous cherchons à avoir, c'est non seulement d'être une équipe qui contrôle bien le ballon, mais aussi d'être une équipe qui est difficile à affronter, dont les joueurs font preuve d'engagement pendant 90 minutes, sont prêts à faire les petites choses de la bonne façon, et se tiennent ensemble», a énuméré le vétéran entraîneur.

«Et même s'il y a des moments où nous contrôlons moins bien le match, il faut trouver le moyen de rester concentré et engagé, afin d'aller chercher un résultat quand même», a ajouté Klopas.

«Nous avons travaillé à l'entraînement sur des choses spécifiques, en fonction de choses précises que Kansas City va faire, a indiqué pour sa part l'attaquant Jack McInerney. Nous avons eu une discussion de 15 minutes, notamment, sur un seul détail qu'il sera important de bien gérer. Ce sera important de bien transposer tout ça sur le terrain.»

Arrivé à Montréal il y a deux semaines à la suite de la transaction entre l'Impact et l'Union de Philadelphie, McInerney en est à son premier voyage avec ses nouveaux coéquipiers. C'est donc l'occasion pour lui d'apprendre à mieux les connaître en dehors du terrain.

«Assurément, a dit le no 99 de l'Impact qui, avec le reste de l'équipe, a fait le voyage à Kansas City dès jeudi. Je vais pouvoir passer du temps à l'hôtel avec les gars, voir ce qu'ils font et comment ils agissent.»