NOUVELLES

Un futur médecin en demande

17/04/2014 05:33 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

La folle aventure du Montréalais Laurent Duvernay-Tardif vers la NFL se poursuit.

Un texte de Antoine Deshaies Twitter Courriel

Un mois après avoir créé un précédent en attirant les recruteurs de neuf équipes pour une journée d'évaluation à Montréal, l'étudiant en médecine à l'Université McGill fait la tournée des équipes aux quatre coins des États-Unis.

Il vient de vivre un mois d'avril complètement fou.

« Lundi et mardi, j'étais en visite à Seattle et à Phoenix. Je suis revenu mardi soir. Je suis rentré à l'hôpital mercredi matin aux alentours de 7 h, explique Duvernay-Tardif. J'étais de garde jusqu'à minuit, minuit 30. Il est présentement 7 h et je suis de retour.

« Au moins, les équipes me font voyager en première classe et dormir dans les grands hôtels, ça me facilite la vie, explique le joueur de ligne offensive. Ça me permet d'étudier et de récupérer un peu. »

Duvernay-Tardif a déjà visité cinq équipes de la NFL depuis le début du mois : Seattle, Arizona, Green Bay, Miami et Kansas City. Il a cependant dû décliner une invitation des 49ers de San Francisco en raison de son stage en pédiatrie.

La routine est sensiblement la même à chaque visite.

Les équipes lui font d'abord subir des tests médicaux. On le soumet à des rayons X, à des électrocardiogrammes. On vérifie ses poumons et sa colonne vertébrale.

Bref, les dirigeants s'assurent que la mécanique soit parfaite avant d'en faire un choix au repêchage.

Des rencontres mémorables...

Les visites permettent aussi aux équipes d'évaluer les qualités intellectuelles du joueur, ses connaissances tactiques.

« La rencontre est surtout importante avec l'entraîneur de position. Il essaie d'évaluer ma compréhension du jeu, on me fait analyser des schémas, on essaie de voir de quelle façon je communiquerais lors de certains jeux, explique Duvernay-Tardif. Je crois que c'est cette rencontre précise qui a le plus d'incidence sur le repêchage. »

Puis, passage obligé, Duvernay-Tardif a rencontré les entraîneurs-chefs et directeurs généraux des équipes.

Des rencontres parfois très stressantes, mais pas toujours.

Quand il a rencontré Andy Reid à Kansas City, l'entraîneur de l'année dans la NFL en 2013, Duvernay-Tardif était étonnement calme.

« Je l'ai rencontré sans vraiment savoir qui il était, admet l'espoir un peu embarrassé. À la fin de l'entrevue, il m'a dit qu'il avait rarement vu un jeune aussi calme et à l'aise avec lui.

« Je lui ai avoué que je savais qu'il était l'entraîneur-chef, mais que je ne le connaissais pas tant que ça. Il s'est mis à rire.

« Il était très gentil, on parlait de muscles abdominaux, il me parlait de sa femme et me montrait des schémas au tableau. »

Malgré ce léger faux pas, le colosse est convaincu qu'il sera le dixième joueur issu du football universitaire canadien à être repêché dans la NFL, après Vaughn Martin en 2009 et Akiem Hicks en 2012.

Selon lui, sa valeur a grimpé depuis sa journée d'évaluation en mars à Montréal.

« On me dit que je pourrais être repêché dès le quatrième tour, mais pour moi, l'important, c'est vraiment d'être choisi, peu importe l'équipe ou le tour. Je vis une expérience que je croyais encore impossible il y a six mois à peine. Je veux en profiter. »

Trois autres visites

D'ici le repêchage du mois de mai, Laurent Duvernay-Tardif ira visiter trois autres équipes : les Browns de Cleveland, les Bills de Buffalo et les Eagles de Philadelphie.

Mais sa priorité, pour l'instant, c'est son stage en pédiatrie à l'Hôpital pour enfants de Montréal.

« Mes collègues en médecine ne connaissent pas nécessairement le football et mon parcours, alors je ne reçois aucune attention particulière. Je travaille comme tout le monde et c'est exactement de ça dont j'ai envie. J'ai envie de me faire traiter comme un étudiant en médecine. Des fois, ce n'est pas toujours le fun, mais je veux réussir là-dedans. »

Il sait qu'il pourrait devoir prendre une pause forcée plus tôt que tard.

S'il est sélectionné, il devra rejoindre sa nouvelle équipe dans les jours suivant le repêchage.

Déjà, les équipes médicales des formations rencontrées sont au courant de son parcours scolaire.

Il a même déjà tâté le terrain pour des stages lors de la prochaine intersaison.

PLUS:rc