NOUVELLES

Sénégal: le fils de l'ex-président Wade jugé pour enrichissement illicite, reste en prison

17/04/2014 08:01 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

Karim Wade, fils et ministre de l'ex-président sénégalais Abdoulaye Wade, va être jugé dans deux mois pour enrichissement illicite et reste en détention provisoire en attendant son procès, a appris l'AFP jeudi de source proche du ministère de la Justice.

"Karim Wade reste en prison (où il se trouve depuis un an) et sera jugé dans deux mois pour enrichissement illicite", a affirmé cette source. Le juge d'instruction a signé "une ordonnance renvoyant" M. Wade, qui fut conseiller puis ministre de son père président (2000-2012), devant une cour spéciale qui le jugera, a-t-elle ajouté.

D'autres prévenus, dont le nombre n'a pas été précisé, ont également été renvoyés devant la Cour de répression de l'enrichissement illicite - la CREI, une juridiction spéciale réactivée par le nouveau président Macky Sall après son élection en mars 2012 face à Abdoulaye Wade - selon la même source. Ils sont poursuivis pour "complicité d'enrichissement illicite, assistance et aide".

Karim Wade avait été inculpé et écroué pour six mois le 17 avril 2013 à Dakar, accusé d'avoir acquis de manière illicite divers biens, dont des sociétés, des terrains et des véhicules, estimés à 694 milliards de francs CFA (1 milliard d'euros).

Il avait ensuite été à nouveau inculpé et maintenu en détention pour six autres mois le 16 octobre 2013, dans un autre volet de l'affaire concernant l'origine douteuse de 98,6 milliards de FCFA (plus de 150 millions d'euros) déposés, selon l'accusation, dans une banque à Monaco.

Et à quelques heures de la fin de l'instruction, un nouveau compte à Singapour, de 45 milliards de FCFA (plus de 68 millions d'euros), lui a été attribué cette semaine. "Une affabulation", avait indiqué à la presse, Me Demba Ciré Bathily, un de ses avocats.

La presse sénégalaise a rapporté jeudi que le montant des sommes en cause a été revu à la baisse dans le cas de Karim Wade, qui nie les accusations de la CREI.

mrb/stb/de

PLUS:hp