NOUVELLES

Nigeria: le sort des filles enlevées demeure incertain

17/04/2014 01:47 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

MAIDUGURI, Nigeria - Le sort de 115 étudiantes kidnappées par des militants islamistes dans le nord-est du Nigeria demeure incertain, alors que la directrice de l'école contredit l'armée nigériane selon qui la majorité des filles ont été libérées.

Asabe Kwambura a indiqué à l'Associated Press que seulement 14 des 129 filles et jeunes femmes enlevées par des hommes armés, tôt mardi matin, sont rentrées au village de Chibok — quatre qui ont sauté en bas d'un camion et 10 qui se sont enfuies dans la jungle quand leurs ravisseurs leur ont ordonné de faire la cuisine.

La directrice contredit directement le porte-parole du ministère de la Défense, le major-général Chris Olukolade, qui affirmait par voie de communiqué, tard mercredi soir, que Mme Kwambura elle-même confirmait la libération de toutes les captives, sauf huit.

Mme Kwambura a expliqué que les filles ont été enlevées après une terrible méprise, quand des insurgés se faisant passer pour des soldats lui ont dit qu'ils devaient déplacer les élèves pour leur propre sécurité. Elle leur a alors permis d'emmener les filles à bord d'un camion.

C'est seulement quand les militants ont abattu un soldat et un policier qui gardaient l'école qu'elle a réalisé son erreur.

Le gouverneur de l'État de Borno, Kashim Shettima, offre une récompense de 300 000 $ US pour toute information menant à la libération des jeunes femmes, qui sont âgées de 16 à 18 ans.

Les étudiantes ont vraisemblablement été enlevées par des militants de Boko Haram, un groupe islamiste radical qui a perpétré plusieurs attaques cette semaine, faisant une centaine de morts.

PLUS:pc