NOUVELLES

Mondial-2014 - Ribeirão Preto redevient le "Petit Paris" pour les Bleus

17/04/2014 05:33 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

C'était au début du XXe siècle: Ribeirao Preto, la ville hôte des Bleus lors du Mondial, était la florissante "capitale du café" de l'Etat de Sao Paulo et avait gagné ses lettres de noblesse de "Petit Paris" par son goût pour l'architecture et l'art de vivre français.

Aujourd'hui, cette ville moyenne de 600.000 habitants, dont le nom évoque Ribéry et signifie "ruisseau noir", connaît de nouveau une expansion économique, qui vaut à sa région agricole le surnom de "Californie brésilienne".

Cité prospère, plus chaude par la température que l'insécurité, elle intéressait six sélections qualifiées au Mondial ; les Français ont été les premiers à prendre une option dès juin dernier. Ribeirao Preto renouera ainsi le fil francophile, tissé notamment avec Alberto Santos Dumont (pionnier de l'aviation et héros national du Brésil d'origine française), en hébergeant l'équipe de France à partir du 9 juin.

- Socrates et Rai -

Tout est prêt, ou presque, pour les Bleus qui seront logés dans le luxueux hôtel JP, au bord d'une autoroute à l'écart de la ville, et s'entraîneront au stade Santa Cruz de Botafogo (homonyme du fameux Botafogo de Rio de Janeiro).

C'est là qu'ont débuté deux célèbres frères, Socrates, milieu mythique de l'équipe du Brésil dans les années 1980 et chantre de l'autogestion des joueurs, et son cadet Rai, champion du monde en 1994 et légende du Paris SG.

Les dernières retouches ? A la demande de la Fédération française (FFF), les vestiaires sont entièrement remodelés, pour une livraison "début mai", avance Jason Albuquerque, directeur marketing du club, selon lequel la FFF finance intégralement ces travaux (près de 75.000 euros).

"Le vestiaire sera agrandi, avec des équipements neufs et des ouvertures entre les différentes salles", le vestiaire proprement dit et les salles de massage, médicale et d'échauffement, précise-t-il devant les ouvriers affairés à carreler les murs.

Dans le complexe hôtelier des Bleus, loué exclusivement pour eux par la Fifa pour un montant confidentiel, une salle de musculation temporaire sera montée début juin. Le petit terrain de foot adjacent sera rafraîchi. Outre une note bleue administrée dans l'hôtel par une agence de décoration.

- Le maillot de Lloris -

A Ribeirao Preto, l'Hexagone est évoqué par diverses touches plus ou moins insolites. Ici une tour Eiffel érigée depuis 30 ans devant un magasin de luminaires, là une boutique d'électro-ménager nommée "Jules Rimet" (initiateur français de la Coupe du monde), ou encore une boulangerie Lyon et un garage PSG Motors...

Pas de bleu-blanc-rouge dans les rues, mais déjà dans les coeurs, selon la maire. "Quand la France s'est qualifiée contre l'Ukraine en barrages (en novembre), toute la ville a commémoré l'événement, et je l'ai vécu comme un accomplissement personnel", confie Darcy Vera à l'AFP.

"J'ai eu une surprise en recevant le maillot signé du gardien (Hugo Lloris)", ajoute-t-elle émue, savourant le "moment unique" que représente ce retour au "Petit Paris" d'antan via l'arrivée des Bleus. Qui verront un centre-ville propret, où la chaussée des quelques rues piétonnes est actuellement refaite.

Là trône le magnifique théâtre Pedro II, achevé en 1929, où se dérouleront les conférences de presse. Ce même théâtre Art Déco où les riches exploitants de café utilisaient alors un passage secret, aujourd'hui muré, pour quitter les lieux et retrouver des "cocottes" à l'hôtel attenant pendant que leurs épouses assistaient aux pièces dites "parisiennes".

Dès le 10 juin, les Bleus auront un entraînement ouvert aux enfants, puis ils seront présentés à la population sur le balcon du théâtre, annonce fièrement sa présidente, Dulce Neves.

"Il y aura aussi des démonstrations culturelles, ce sera l'occasion de leur montrer que la ville est française ; ensuite ils penseront à gagner la Coupe du monde", souligne-t-elle.

La ville forme un millier de volontaires pour aiguiller les supporters des Bleus, et les demandes de cours de français ont augmenté de 15% en ce début d'année par rapport à 2013, avance-t-on à l'Alliance française (165 élèves). Les employés de l'hôtel JP et ceux de la brasserie Pinguim, la plus renommée du Brésil, s'y mettent aussi.

L'institut assurera la traduction aux conférences de presse en plus d'avoir une présence au commissariat. Au cas où.

ybl/ol/jcp

PLUS:hp