NOUVELLES

Un juge de Guantanamo ordonne à la CIA de lever le voile sur les prisons secrètes

17/04/2014 12:52 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT
ASSOCIATED PRESS
In this photo reviewed by the U.S. military, dawn arrives at the now abandoned Camp X-Ray, which was used as the first detention facility for al-Qaida and Taliban militants who were captured after the Sept. 11 attacks at Guantanamo Bay Naval Base, Cuba, Thursday, Nov. 21, 2013. Detainees were housed in open air pens until the completion of Camp Delta in April 2002. (AP Photo/Charles Dharapak)

Le juge militaire de Guantanamo a ordonné au gouvernement américain de renseigner la défense sur les prisons secrètes et les techniques d'interrogatoires de la CIA, dans le cadre du procès à venir du cerveau présumé de l'attentat contre l'USS Cole.

Dans un jugement encore sous scellés publié jeudi sur le site des tribunaux militaires d'exception, dont le contenu a été d'abord révélé par le Miami Herald, le juge James Pohl a ordonné de révéler des noms, des dates, des lieux sur les prisons secrètes de la CIA où le Saoudien Abd al-Rahim al-Nachiri aurait été détenu entre son arrestation en 2002 et son transfert quatre ans plus tard à Guantanamo.

"Le jugement ordonne au gouvernement de fournir un volume énorme d'éléments concernant le programme RDI" (Redention, Detention, Interrogation) dans les prisons de la CIA, a déclaré dans un courriel à l'AFP Rick Kammen, le principal avocat de M. Nachiri, dont le procès doit s'ouvrir en septembre à Guantanamo.

Lors d'une conférence de presse à Guantanamo, en marge des audiences préliminaires au procès des accusés du 11-Septembre, le procureur Mark Martins a déclaré qu'il ne "savait pas encore" ce qu'il ferait à propos du jugement daté de lundi, mais que le gouvernement "se conformerait à l'état de droit et à (ses) obligations".

Les avocats des cinq accusés du 11-Septembre, qui auraient également subi des interrogatoires musclés dans des prisons de la CIA, ont indiqué à la presse avoir demandé mercredi soir au juge James Pohl le même jugement dans leur propre affaire.

"Nous espérons que l'accusation assumera ses responsabilités", a déclaré Jay Connell qui défend Ali Abdoul Aziz-Ali, qui aurait servi de modèle au film "Zero Dark Thirty" sur les prisons de la CIA, et réclame depuis un an les informations fournies aux producteurs d'Hollywood.

"Le juge a identifié neuf catégories de documents que l'accusation devra produire" dans l'affaire Nachiri, a déclaré l'avocat Jay Connell, qui avait visiblement pu lire le jugement et a requis les mêmes catégories pour son client et les quatre autres accusés du 11-Septembre.

Le gouvernement devra fournir "une chronologie des lieux" où a été détenu M. Nachiri, "une description des moyens de transport, des éléments sur les installations elles-mêmes" dans lesquelles il a été incarcéré, ou encore "les identités des personnels impliqués: personnels médicaux, gardiens, interrogateurs", a précisé Jay Connell.

Il a précisé qu'il n'avait pour l'heure pas obtenu le moindre document de la CIA sur les quelque 10,2 millions de pages que la commission du renseignement du Sénat a déclaré avoir examinés sur le programme controversé de la CIA et dont elle a requis la déclassification partielle.

M. Nachiri encourt la peine de mort pour l'attentat contre le navire américain USS Cole qui avait fait 17 morts en 2000 au Yémen et celui contre le pétrolier français Limburg qui avait fait un mort en 2002.

INOLTRE SU HUFFPOST

Guantanamo's Camp X-Ray, Then And Now