NOUVELLES

Egypte: le Canada "extrêmement préoccupé" par les Frères musulmans

17/04/2014 03:37 EDT | Actualisé 17/06/2014 05:12 EDT

Le Canada s'est dit jeudi "extrêmement préoccupé" par les Frères musulmans, à l'occasion d'une visite de son ministre des Affaires étrangères en Egypte, où la confrérie, classée "organisation terroriste", subit une très violente répression.

"Le Canada a une position stricte quand il s'agit de lister (les groupes terroristes), mais il y a un processus" à respecter, a déclaré le chef de la diplomatie.

"Nous sommes extrêmement préoccupés en ce qui concerne les Frères musulmans, mais ces listes sont faites sur la base de faits et de renseignements", a ajouté le ministre.

Cette déclaration de John Baird, lors d'une conférence de presse, intervient quelques semaines après la décision des autorités britanniques d'ouvrir une enquête sur les Frères musulmans en raison d'inquiétudes sur les activités au Royaume-Uni de la confrérie.

Les Frères musulmans, qui ont remporté toutes les élections en Egypte depuis la révolution qui a chassé Hosni Moubarak du pouvoir en 2011, subissent une très violente répression depuis que le président islamiste Mohamed Morsi a été destitué par l'armée en juillet 2013.

Depuis, plus de 1.400 partisans de M. Morsi, le premier président démocratiquement élu en Egypte, ont été tués, selon Amnesty International, et plus de 15.000 autres arrêtés.

Le ministre canadien a par ailleurs appelé à un procès "équitable" pour le journaliste canado-égyptien d'Al-Jazeera Mohamed Fadel Fahmy, emprisonné depuis plus de quatre mois.

"Nous avons bien sûr demandé avec respect qu'il ait le droit rapidement à un procès équitable", a déclaré le ministre.

M. Fahmy et deux autres journalistes couvraient les violences qui ont suivi la destitution du premier président démocratiquement élu d'Egypte pour Al-Jazeera English.

Ils ont été arrêtés en décembre et accusés d'avoir avoir manipulé des images et fourni à des hommes soupçonnés d'appartenir aux Frères musulmans "argent, équipements et informations" pour "diffuser de fausses nouvelles" et faire croire à une "guerre civile".

jds/cbo/vl

PLUS:hp