POLITIQUE

Député libéral visé par l'UPAC : Couillard dit qu'il ne savait pas (VIDÉO)

17/04/2014 02:53 EDT | Actualisé 17/04/2014 04:48 EDT

Le chef du Parti libéral du Québec affirme avoir appris en même temps que le public les informations diffusées mercredi par Radio-Canada à savoir qu'un député libéral réélu est visé par une enquête de l'UPAC.

« Les informations qui ont été rendues publiques [mercredi] étaient inconnues de moi jusqu'à ce qu'elles soient rendues publiques », a affirmé Philippe Couillard.

Le chef libéral a ajouté ne pas savoir qui est le député visé par l'UPAC et « faire toutes les vérifications nécessaires ».

Interrogé à savoir s'il souhaite que le député en question se manifeste, M. Couillard a répondu : « Si c'est vrai. Moi, j'assume que ce que dit Radio-Canada par définition doit être exact, mais je n'en ai aucune évidence. »

« Que Radio-Canada donne le nom. On veut le savoir. Les citoyens du Québec veulent le savoir », a soutenu le député libéral Robert Poëti.

« La seule source que j'ai vue, c'est un reportage à la télé [mercredi]. Il y a un reporter qui semblait savoir c'est qui. Je pense qu'il va compléter son reportage un jour ou l'autre », a quant à lui affirmé Pierre Paradis.

De son côté, le député Pierre Moreau a soutenu qu'il fallait « laisser la police faire son travail ».

Les documents de perquisition rendus publics mentionnent également les noms des ex-ministres Nathalie Normandeau et Marc-Yvan Côté ainsi que de la directrice du financement du PLQ de 2001 à 2012, Violette Trépanier.

« L'ensemble de la classe politique, incluant le Parti québécois, est interpellée par ce qu'on voit depuis quelque temps, à la commission [Charbonneau] et ailleurs. L'ensemble de la classe politique a posé conjointement des gestes importants depuis les deux dernières années [...] On n'est plus, Dieu merci, dans cet environnement de financement qui existait avant les gestes récents », a ajouté M. Couillard.

Assermentation des libéraux

Les 70 libéraux élus aux élections générales du 7 avril dernier ont été assermentés jeudi après-midi au Salon rouge de l'Assemblée nationale.

La députation du Parti libéral du Québec (PLQ) compte plusieurs vétérans, mais aussi des nouveaux venus en politique, comme l'ex-PDG d'Investissement Québec Jacques Daoust, les économistes Carlos Leitao et Martin Coiteux, l'ex-doyen à la Faculté des sciences sociales de l'Université Laval François Blais et l'ancienne vice-rectrice aux relations internationales de l'Université de Montréal Hélène David.

Tous sont susceptibles d'accéder au Conseil des ministres, dont la composition sera annoncée dans les prochains jours par le premier ministre Couillard, qui a rencontré mercredi la première ministre sortante Pauline Marois pour préparer la passation des pouvoirs.

M. Couillard a promis de faire une place importante aux nouveaux venus, aux régions et aux femmes, sans toutefois s'engager à former un Conseil des ministres paritaire comme l'avait fait Jean Charest, son prédécesseur à la tête du PLQ.

Les 30 députés du Parti québécois et les 22 élus de la Coalition avenir Québec seront assermentés le 22 avril, alors que les trois représentants de Québec solidaire devront attendre le 2 mai pour entrer officiellement en fonction.

INOLTRE SU HUFFPOST

La journée électorale du 7 avril en images