NOUVELLES

RDC: le directeur du parc des Virunga toujours en soins intensifs, "espoir permis" (hôpital)

16/04/2014 04:05 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

L'"espoir" de guérison était "permis" mercredi pour le Belge Emmanuel de Mérode, le directeur du parc des Virunga gravement blessé par des hommes armés dans l'est de la République démocratique du Congo, selon l'hôpital où il est en "soins intensifs".

"Il avait pris une balle à l'abdomen et une au thorax. Il a été opéré et se trouve toujours en soins intensifs, et selon notre spécialiste en chirurgie, jusque-là, l'espoir est permis", a déclaré mercredi à l'AFP Ferdinand Mugisho, chargé de communication à l'hôpital Heal Africa de Goma, capitale de la province du Nord-Kivu (Est).

"Je lui ai rendu visite ce matin", a déclaré mercredi à l'AFP le gouverneur provincial Julien Paluku. "Il est lucide, il parle et a remercié les FARDC (armée) pour l'avoir secouru, ainsi que les médecins qui l'ont sauvé", a-t-il ajouté.

Mardi après-midi, M. de Mérode, âgé d'une quarantaine d'années et issu de l'aristocratie belge, a été attaqué par des hommes armés non identifiés dans une forêt à une trentaine de kilomètres au nord de Goma. Selon M. Paluku, il était seul au volant de sa jeep et n'avait pas d'escorte.

Les assaillants "n'ont rien pris (...), ils ont tiré et fui dans la forêt", a expliqué mercredi à l'AFP le porte-parole provincial de l'armée, le lieutenant-colonel Olivier Amuli. Mardi, il avait indiqué qu'un commandant de l'armée avait emmené la victime "à Goma" pour sa prise en charge.

"C'est la première fois que le directeur de Mérode est directement attaqué. Nous ne savons pas encore le mobile de cette attaque. (...) Nous pensons que les autorités feront leur travail en dénichant les auteurs de cet acte", a déclaré à l'AFP Norbert Mushenzi, adjoint de M. de Mérode.

La Société civile du Nord-Kivu (qui regroupe des associations, ONG et syndicats) s'est déclarée "choquée" mardi par l'attaque "barbare". "Notre structure croit à l'hypothèse d'une attaque ciblée et sollicite du gouvernement congolais l'ouverture d'une enquête", a-t-elle précisé.

Le Réseau des communicateurs pour l'environnement au Nord-Kivu a également demandé une enquête et condamné "avec la dernière énergie" un acte qui "vise le découragement des initiatives de dévelopement et de conservation communautaires (...) et freine le retour progressif du tourisme vert".

Selon le lieutenant-colonel Amuli, une enquête est en cours. Dans un tweet publié dans la nuit de mardi à mercredi, le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, a souligné que Bruxelles allait "suivre l'enquête de près".

Dans un communiqué publié mercredi, le directeur exécutif du Fonds mondial pour la nature (WWF), Lasse Gustavsson, a salué l'engagement de M. de Mérode.

"Emmanuel est un conservateur dévoué qui met sa vie en jeu chaque jour pour protéger le parc national des Virunga, ses gardes, ses espèces en danger et les personnes qui dépendent du parc pour leur survie. (...) Il continue d'être une source d'inspiration pour ceux qui l'entourent", a-t-il déclaré.

Créé en 1925, le parc des Virunga, l'un des plus vieux parcs nationaux d'Afrique, est classé au patrimoine mondial de l'Unesco depuis 1979. Des groupes armés locaux et étrangers y circulent et s'y livrent à de lucratives activités de braconnage et à la déforestation.

hab/aub

PLUS:hp