NOUVELLES

Le naufrage d'un traversier en Corée du Sud fait neuf morts et 287 disparus

16/04/2014 08:17 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

SÉOUL, Corée du Sud - Des courants forts et une mauvaise visibilité ont nui aux efforts des équipes à la recherche des 287 passagers toujours portés disparus plus de 24 heures après qu'un navire eut chaviré sur le côté et s'est rempli d'eau froide au large de la côte méridionale de la Corée du Sud, semant la colère chez des familles tentant d'obtenir des nouvelles des passagers, 325 étant des élèves du secondaire.

Neuf personnes ont officiellement perdu la vie des suites de la catastrophe, mais plusieurs s'attendent à ce que ce bilan augmente de façon radicale parce que les disparus ont soit passé plus d'une journée emprisonné dans le traversier ou dans l'eau froide de la mer. Des dizaines de personnes ont été blessés et tôt jeudi, des responsables de la Garde côtière estimaient à 179 le nombre de survivants.

Le navire comptait 475 passagers à son bord et des parents paniqués se sont réunis à leurs écoles près de Séoul et à Mokpo, dans le sud du pays, non loin de l'endroit où le traversier s'est engouffré sous la surface de l'eau jusqu'à ce que seule la partie supérieure de sa quille peinte en bleu ne soit visible.

Des parents, des frères et soeurs et d'autres proches de trois élèves ayant succombé au naufrage hurlaient de douleur et étaient inconsolables pendant que des ambulances à un hôpital de Mokpo transportaient les dépouilles des élèves dans la ville où l'école est située, près de Séoul.

Pendant ce temps, 20 plongeurs tentaient d'accéder à l'intérieur de l'épave mais en étaient incapables en raison du courant, ont fait savoir les responsables de la Garde côtière. Plus de 400 secouristes cherchaient dans les eaux avoisinantes au cours de la nuit et jusqu'à la matinée, jeudi.

La cause du naufrage n'est toujours pas connue. La garde côtière sud-coréenne a entrepris d'interroger le capitaine et l'équipage afin d'en savoir plus. Le Sewol, un traversier de 146 mètres de long pouvant accueillir jusqu'à 900 personnes, a quitté Incheon, dans le nord-ouest de la Corée du Sud, mardi pour un voyage de 14 heures en direction de l'île touristique de Jeju.

Vers 9 h mercredi, heure locale, alors qu'il se trouvait à trois heures de Jeju, le navire a envoyé un signal de détresse après avoir commencé à pencher sur un côté, a annoncé le ministère sud-coréen de la Sécurité et de l'Administration publique.

L'un des passagers a raconté à la chaîne télévisée YTN qu'à la fin du déjeuner, il avait senti le traversier s'incliner et heurter quelque chose. Il a ajouté qu'un message avait demandé aux gens de ne pas bouger, mais qu'aucun ordre d'évacuation ne semblait avoir suivi.

L'homme a dit être certain que plusieurs personnes étaient restées coincées à l'intérieur du bateau, l'eau et l'inclinaison les empêchant d'atteindre la sortie.

Un autre passager s'est plaint du travail de l'équipage au début du désastre, soutenant que de mauvaises décisions prises dans les premiers instants pourraient expliquer le les nombreux disparus.

Des dizaines d'agents de la garde côtière et de plongeurs de la marine ont participé aux recherches pour retrouver des survivants autour de l'épave du Sewol, qui gît un peu au nord de l'île de Byeongpung, pas très loin de la Corée du Sud.

Le porte-parole de la garde côtière, Cho Man-yong, a déclaré que 16 plongeurs avaient tenté de pénétrer à l'intérieur du traversier mercredi soir, mais avaient dû rebrousser chemin en raison du fort courant. Il a précisé que l'océan était brouillé et la visibilité mauvaise à cet endroit, mais que les plongeurs réessaieraient jeudi.

La température de l'eau dans cette région est d'environ 12 degrés Celsius, soit suffisamment froide pour causer de l'hypothermie au bout d'une heure et demie, a indiqué un responsable des services d'urgence sous le couvert de l'anonymat.

Le dernier naufrage de traversier en Corée du Sud remonte à 1993. Deux cent quatre-vingt-douze personnes avaient perdu la vie.

PLUS:pc