NOUVELLES

Le Mexique enquêtera sur le décès d'une autochtone enceinte dans une clinique

16/04/2014 07:54 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

MEXICO - La Commission nationale des droits de la personne du Mexique compte mener une enquête sur les décès d'une autochtone enceinte et de son foetus survenus après qu'une clinique eut apparemment refusé de traiter la future mère.

La jeune fille, qui appartenait au peuple des Mixtèques, a attendu pendant cinq heures dans une clinique gérée par le gouvernement mexicain avant de succomber à une crise cardiaque et à un arrêt respiratoire, a révélé la Commission dans un communiqué.

L'organisation a indiqué que la dame s'était présentée à la clinique de la petite ville de Copala, dans l'État de Guerrero, à la fin du mois de mars. Elle a précisé qu'il s'agissait d'une femme de 20 ans enceinte de huit mois, mais n'a pas révélé son identité.

Le gouvernement de l'État de Guerrero n'a pas voulu commenter la déclaration de la Commission.

Des militants affirment qu'au moins 20 Mexicaines issues de milieux défavorisés ont donné naissance dans la rue, sur des terrasses et dans les salles d'attente des hôpitaux au cours des derniers mois après que le personnel médical eut refusé de les aider.

Le problème a fait les manchettes des médias mexicains en octobre lorsqu'une photo montrant une Mazatèque de 29 ans accroupie et souffrante après avoir accouché sur la pelouse d'une autre clinique située dans le sud du Mexique. La femme et son fils ont survécu et n'ont gardé aucune séquelle de leur mésaventure, mais le cliché, qui a été abondamment diffusé sur Facebook et Twitter, en plus de faire la une de plusieurs quotidiens nationaux, a choqué bon nombre de Mexicains.

Les autorités médicales ont assuré qu'il s'agissait de cas isolés et inévitables en raison des ressources limitées de certaines cliniques rurales. Mais les défenseurs des droits des femmes soutiennent que les préjugés envers les femmes autochtones sont très répandus dans le système de santé mexicain.

PLUS:pc