NOUVELLES

Eviction de squatteurs: échauffourées avec la police à Rome

16/04/2014 08:19 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

Des échauffourées se sont produites à Rome mercredi devant un immeuble abandonné transformé en squatt, quand la police est intervenue pour en expulser quelque 350 familles pauvres qui y habitaient, a constaté l'AFP sur place.

Ces familles occupaient le bâtiment abandonné, propriété d'une compagnie publique d'assurances, en raison du manque chronique d'offres de logements bon marché dans la capitale.

Entre cent et cent cinquante policiers sont intervenus à la mi-journée avec des matraques contre deux cents protestataires qui manifestaient devant l'immeuble délabré, tentant d'empêcher les forces de l'ordre d'y pénétrer.

Des squatteurs sur le toit tapaient sur des pots en métal, pour marquer leur solidarité avec les manifestants qui se trouvaient dehors.

Plusieurs personnes ont été blessées, dont un homme qui saignait de la tête et une femme qui avait une jambe cassée, a constaté un photographe de l'AFP.

Toute le quartier au sud de Rome, près de la grande avenue Cristoforo Colombo, avait été bouclé par la police.

"L'évacuation va continuer, et nous arrêterons tous ceux qui s'y opposent", a déclaré à l'AFP un porte-parole de la police romaine.

Fin mars, le gouvernement italien a lancé un vaste plan d'aides au logement pour les plus pauvres prévoyant 200 millions d'euros pour 2014 et 2015. Jugé insuffisant, il a été au coeur d'une manifestation samedi à Rome, qui a dégénéré en scènes de guérilla urbaine.

Les militants préfèreraient que Matteo Renzi s'attaque aux logements vides pour les allouer aux familles dans le besoin. Selon une enquête du magazine Panorama parue le mois dernier, 50.000 appartements seraient sans locataire dans la seule ville de Rome.

Les squatteurs sont constitué d'un mélange d'Italiens et d'immigrants, dont beaucoup ont perdu leur emploi du fait de la récession.

pho-dt-jlv/mle/plh

PLUS:hp