NOUVELLES

Des employés de Radio-Canada réclament un moratoire sur les compressions

16/04/2014 02:34 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

Des syndiqués de Radio-Canada ont manifesté mercredi, afin de dénoncer les « compressions majeures » infligées à leur employeur par le gouvernement de Stephen Harper.

La manifestation, tenue cinq jours après l'annonce de la suppression de 657 postes au sein de CBC/Radio-Canada, visait aussi à réclamer un moratoire immédiat sur ces compressions, qui sont de l'ordre de 130 millions de dollars.

L'intersyndicale des employés du Québec et Moncton, qui regroupe quatre syndicats, reproche au gouvernement Harper de ne faire aucune consultation publique sur l'avenir de Radio-Canada. Les quatre syndicats sont le Syndicat des communications de Radio-Canada (SCRC), le Syndicat des techniciens et artisans du réseau français (STARF), le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP-675) et l'Association des réalisateurs.

Les syndiqués soutiennent que Radio-Canada est sous-financée, comparativement à d'autres diffuseurs publics ailleurs dans le monde.

Le financement global de CBC/Radio-Canada est de 29 $ par habitant annuellement à la suite des récentes compressions, soit l'un des taux les plus bas au monde. À titre comparatif, la BBC, le diffuseur public britannique, reçoit un financement annuel de 111 $ par citoyen, tandis que NRK, le diffuseur public norvégien, reçoit 167 $ par habitant chaque année.

PLUS:rc