NOUVELLES

Caisse de dépôt: la rémunération de Michael Sabia en hausse de 9,6 pour cent

16/04/2014 05:13 EDT | Actualisé 16/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - La rémunération totale des six plus hauts dirigeants de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) a bondi de plus de 22 pour cent — ou 1,3 million $ — pour cent pour atteindre 7,1 millions $ pour l'exercice 2013.

D'après le rapport annuel de l'institution, dévoilé mercredi, cette progression est attribuable à des primes et bonis totalisant plus de 2 millions $ accumulés au cours des derniers exercices avant d'être versés en 2013.

Le salaire du président et chef de la direction de la Caisse, Michael Sabia, a quant à lui grimpé de 10 pour cent pour atteindre 1,14 millions $ en 2013.

Cette augmentation de 100 000 $ provient de la portion incitative de sa rémunération, alors que son salaire de base est demeuré inchangé, à 500 000 $. M. Sabia a également reçu une «autre rémunération» de 40 000 $, indique le rapport de la Caisse.

Même si elle progresse, la rémunération totale de M. Sabia demeure néanmoins inférieure à celle du président et chef de la direction du régime de retraite des enseignants de l'Ontario — aussi connu sous le nom de Teachers —, Jim Leech, qui a touché plus de 8,5 millions $ en 2013.

La rémunération totale du président et chef de la direction du régime de retraite des employés municipaux de l'Ontario, Michael Nobrega, a quant à elle été de 3,3 millions $ pour l'exercice 2013.

Mieux rémunéré que Sabia à la Caisse

Le plus haut salarié de la CDPQ en 2013 a toutefois été le premier vice-président et chef des placements, Roland Lescure, qui a empoché 1,73 million $, soit près de 48 pour cent de plus que l'année précédente.

Selon le document de l'institution, cette situation s'explique par le versement en 2013 d'un montant de 619 389 $ identifié comme une «rémunération incitative différée en 2010 et versée en 2013».

Le premier vice-président aux placements privés et infrastructures de l'institution, Normand Provost, se retrouve dans une situation similaire.

En plus d'une «rémunération directe» d'environ 1,02 million $, ce dernier a reçu un paiement de primes et bonis accumulés de 580 677 $, pour un salaire total avoisinant 1,6 million $, soit plus de 76 pour cent qu'en 2012, année où M. Provost n'avait pas reçu de paiement différé.

Plus tôt cette année, la CDPQ avait dévoilé un rendement de 13,1 pour cent, ce qui a dépassé de 0,5 point de pourcentage son indice de référence.

Son actif net avait grimpé de 24 milliards $ au cours de la dernière année, ce qui avait permis à l'institution de franchir pour la première fois le cap des 200 milliards $.

PLUS:pc