NOUVELLES

Ukraine: la présidentielle fin mai, "question cruciale" jeudi à Genève, selon Fabius

15/04/2014 12:07 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

L'élection présidentielle en Ukraine fixée au 25 mai constitue "la question cruciale" des pourparlers jeudi à Genève entre l'Ukraine, la Russie, les Etats-Unis et l'Union européenne, pour trouver une issue à la crise, a estimé mardi le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius.

"Jeudi, deux trois sujets devraient être évoqués. Il y a la question cruciale de l'élection le 25 mai. Quel est le reproche principal que font les Russes au gouvernement (ukrainien)? Ils disent que le gouvernement n'est pas légitime, ce n'est pas exact mais entrons un instant dans leur raisonnement: s'ils ne sont pas légitimes, (...) légitime ça s'appelle le vote", a-t-il détaillé.

"Nous soutenons très fortement ce vote présidentiel car à partir du moment où il y aura un président élu, même si c'est une élection très difficile, les éléments extérieurs, en l'occurrence les Russes, ne peuvent pas dire +il n'y a pas de représentant en face de nous+ et c'est la raison pour laquelle évidemment beaucoup font le maximum pour que cette élection n'ait pas lieu", a déclaré M. Fabius lors d'une audition devant la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.

"Je ne veux pas caricaturer le trait sinon je fermerais la porte à toute négociation mais tout se passe" pour freiner l'élection, "c'est-à-dire organiser dans certaines provinces la dissidence. Nous Français faisons le maximum pour que ces élections aient lieu dans des conditions correctes. Ce sera très compliqué mais c'est absolument essentiel", a-t-il encore dit.

Le ministre a souligné que la réunion prévue jeudi à Genève rassemblerait pour la première fois Russes et Ukrainiens à la même table. "A l'heure actuelle, il n'y a pas d'accord sur l'ordre du jour, chacun parlera de ce dont il a envie (...). Ce qui compte c'est qu'on soit tous là", a-t-il insisté.

Jugeant que la crise en Ukraine est "l'une des crises les plus graves qu'on ait connues depuis des décennies", Laurent Fabius a indiqué que sa ligne défendue face aux activistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine était "à la fois réagir parce que sinon il n'y a aucune limite, et une solution politique, donc garder les fils du dialogue" avec la Russie.

Le ministre a aussi salué "le comportement très responsable" et le "sang-froid" du Premier ministre ukrainien face aux insurgés armés s'emparant de bâtiments administratifs.

La Russie menace de ne pas se rendre à la réunion jeudi si l'Ukraine intervient militairement dans l'est du pays.

blb/prh/bir

PLUS:hp