NOUVELLES

Syrie: la date de la présidentielle sera annoncée la semaine prochaine

15/04/2014 06:07 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

Le président du Parlement syrien Mohammad Jihad Lahham annoncera la semaine prochaine la date de l'élection présidentielle à laquelle Bachar al-Assad devrait se présenter pour un nouveau mandat de sept ans, a indiqué mardi le quotidien Al-Watan.

"Le président du Conseil du peuple annoncera la semaine prochaine la date de l'élection présidentielle", a affirmé ce journal proche du pouvoir, citant des sources au sein du Parlement.

Jusqu'à présent Bachar al-Assad, et son père avant lui, étaient élus par referendum. La Constitution approuvée en 2012 donne pour la première fois la possibilité à plusieurs candidats de se présenter, mais les conditions requises limitent fortement leur nombre.

Le dépôt des candidatures commencera à partir du 20 avril, a annoncé récemment le ministre de l'Information Omrane al-Zohbi.

Il avait affirmé que la présidentielle aurait lieu "en son temps". "Nous ne permettrons à quiconque de la reporter pour quelque raison que ce soit", avait-il ajouté.

Selon la Constitution, la convocation du scrutin doit avoir lieu entre 60 et 90 jours avant la fin du mandat du président Bachar al-Assad qui s'achève le 17 juillet.

Le 14 mars, le Parlement avait approuvé des clauses qui empêchent de facto les figures de l'opposition en exil de se présenter. Elles stipulent que le futur président doit avoir vécu en Syrie de manière continue au cours des 10 dernières années.

Bachar al-Assad, qui n'a pas encore annoncé officiellement sa candidature, avait affirmé en janvier dans une interview exclusive à l'AFP qu'il y avait "de fortes chances" qu'il se représente.

L'Union européenne a mis en garde lundi contre la "parodie de démocratie" que représenteraient les élections prévues cet été en Syrie si elles ne se tenaient que dans les régions contrôlées par le pouvoir.

"Toute élection, présidentielle ou autre, qui serait organisée par le régime" en "plein conflit, uniquement dans les zones contrôlées par le pouvoir et alors que des millions de Syriens sont déplacés, serait une parodie de démocratie, n'aurait aucune crédibilité et minerait les efforts en vue d'une solution pacifique", ont déclaré les ministres des Affaires étrangères de l'UE.

Le conflit en Syrie a fait plus de 150.000 morts, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme.

rm/sk/feb

PLUS:hp