NOUVELLES

Station spatiale: tout va bien avec les Russes malgré les sanctions

15/04/2014 06:12 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

MONTRÉAL - Le président de l'Agence spatiale canadienne (ASC) affirme que les sanctions imposées à la Russie pour son invasion de la Crimée n'ont pas d'impact sur les activités à bord de la Station spatiale internationale (SSI).

L'agence spatiale américaine (NASA) poursuit sa coopération avec le laboratoire orbital, mais a coupé les ponts avec la Russie et a interdit à ses employés de se rendre dans ce pays.

Le président de l'ASC, Walt Natynczyk, a précisé mardi que le Canada continuait de travailler avec tous ses partenaires impliqués dans le programme de la station, y compris les États-Unis, la Russie, l'Europe et le Japon.

Il a toutefois souligné que la situation serait évaluée au cas par cas.

M. Natynczyk a fait ces commentaires devant des journalistes après un discours prononcé devant le Conseil des relations internationales de Montréal, mardi.

Il n'a pas voulu dire si l'ASC avait été consultée par la NASA avant que les Américains décident de couper leurs liens avec les Russes, renvoyant plutôt la question au ministère des Affaires étrangères.

L'ancien chef d'état-major de l'armée canadienne n'a pas non plus voulu donner le fond de sa pensée à propos de l'intervention militaire de la Russie dans l'est de l'Ukraine.

L'agence spatiale américaine a indiqué qu'elle poursuivrait les travaux avec l'agence russe pour assurer la continuité des activités à bord de la SSI.

Mais dans une note transmise à ses employés, la NASA leur a interdit d'envoyer des courriels ou de tenir des conférences téléphoniques avec leurs homologues russes.

PLUS:pc