NOUVELLES

L'Europe unie a aussi facilité l'accès au porno, plaisante le chef des conservateurs européens

15/04/2014 10:02 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

Joseph Daul, le président du Parti conservateur européen (PPE), a plaisanté mardi sur les avantages d'une Europe unie en expliquant que voir des films pornographiques était beaucoup plus compliqué dans les années 1960, du temps des frontières et des monnaies nationales.

Dans une interview au quotidien Les Dernières Nouvelles d'Alsace (DNA), l'eurodéputé français, qui quitte cette semaine le Parlement après 15 ans de mandat, revient sur les grands moments de son engagement politique.

Il évoque notamment ses rencontres avec les présidents Barack Obama et Vladimir Poutine, et dit regretter que l'Union européenne "n'a pas fait assez pour assurer la paix, ni pour aider les plus pauvres de ce monde".

Au détour d'une question sur la manière de convaincre les électeurs de voter aux élections européennes du 25 mai, M. Daul --qui a grandi en Alsace à quelques kilomètres de la frontière allemande-- évoque sur le ton de la boutade ses souvenirs de jeunesse, à une époque où les Européens étaient encore soumis à des contrôles aux frontières et ne disposaient pas d'une monnaie unique.

"Quand j'ai des groupes de jeunes visiteurs (au Parlement européen) qui me disent que l'Europe ne sert à rien, je leur parle de la protection de l'environnement, de la sécurité alimentaire", explique l'élu de 67 ans, qui dirige le principal groupe politique au Parlement européen depuis 2007.

"Et puis je leur dis qu'à leur âge, à 18 ans, quand je voulais aller à Kehl", ville allemande située en face de Strasbourg, "pour voir les films pornos qui étaient interdits en France, il fallait parfois deux heures et demie pour passer la douane! On arrivait au cinéma et le film était terminé!", s'amuse-t-il.

"Et puis une fois sur deux, j'avais oublié le porte-monnaie avec les marks! Quand on leur explique des choses comme ça, aux jeunes, ils voient tout de suite à quoi sert l'Europe", ironise M. Daul.

L'eurodéputé français explique par ailleurs dans cette longue interview son enthousiasme à travailler avec des élus issus des pays ex-communistes qui ont rejoint l'UE en 2004. "C'est moi qui ai fait en sorte qu'un élu de l'Est", le Polonais Jerzy Buzek, "accède au perchoir du Parlement" en 2009, affirme M. Daul. "Il fallait cette image. Cela, j'en suis très fier", ajoute l'ancien syndicaliste agricole.

Joseph Daul n'est pas candidat à un nouveau mandat en mai. Il entend se consacrer pleinement à la présidence du PPE (qui regroupe notamment la CDU allemande et l'UMP française), à laquelle il a été élu en novembre.

ab/jlb/fw

PLUS:hp