NOUVELLES

Le PET Scan, un outil fiable pour prédire le réveil des traumatisés (étude)

15/04/2014 07:01 EDT | Actualisé 15/06/2014 05:12 EDT

Le PET Scan est un outil fiable pour évaluer l'état de conscience d'une personne ayant subi un traumatisme crânien et prédire son éventuelle amélioration, selon une étude publiée mercredi dans la revue médicale britannique The Lancet.

L'étude suggère que "l'imagerie par PET Scan peut révéler des processus cognitifs qui ne sont pas repérables par les tests traditionnels", explique le responsable de l'étude, le Pr Steven Laureys, de l'Université de Liège en Belgique.

Cette exploration du cerveau pourrait s'ajouter aux méthodes d'évaluation "standard" utilisées actuellement pour repérer les patients en état végétatif mais "qui ont un potentiel de récupération à long terme", selon ce spécialiste.

Le PET Scan ou tomographie par émission de positons est un procédé d'imagerie médicale du corps humain utilisant un produit de contraste radioactif pour observer le fonctionnement d'un organe ou encore détecter des cellules cancéreuses. Dans le cerveau, il permet de visualiser les zones où de nombreux neurones sont activés.

L'examen des personnes en état de conscience limitée (tests cliniques, électroencéphalogramme...) est un vrai défi pour la médecine moderne. "La détection de signes clairs de conscience chez les patients au cerveau sévèrement endommagé est un problème", rappelle l'étude qui souligne que 40% des patients en état végétatif sont mal diagnostiqués.

On classe les personnes présentant des états de conscience diminués ou sans relation avec l'extérieur en différentes catégories : état végétatif qui diffère du coma par le fait que le patient peut ouvrir les yeux spontanément, état de conscience minimale (ou état pauci-relationnel) où le patient présente des réactions comportementales minimales mais précises et le locked-in syndrome où le patient est conscient mais prisonnier d'un corps immobile.

-'Jouer à pile ou face'-

"Chez les personnes victimes d'un important oedème cérébral, prédire l'évolution à partir de tests cliniques standards ou d'imagerie cérébrale structurelle équivaut pratiquement à jouer à pile ou face", soulignent les spécialistes Jamie Sleigh (Université d'Auckland) et Catherine Warnaby (Université d'Oxford) dans un commentaire joint à l'étude.

Ces deux experts rappellent au passage que les médecins grenoblois qui soignent Michael Schumacher victime, fin décembre, d'un accident de ski, se sont toujours montrés très prudents, sachant qu'il reste difficile de prédire l'évolution d'un traumatisé et l'état futur de fonctionnement de son cerveau.

L'entourage de l'ex-champion de Formule 1 demeure d'ailleurs très circonspect. Mais un porte-parole a fait état, dimanche, de "petits progrès" encourageants pour le sportif plongé pendant des semaines dans un coma artificiel.

L'étude conduite par le Coma Science Group de l'Université de Liège, a cherché à comparer les résultats des tests cliniques standards avec ceux de l'imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) et des test par PET Scan.

Un groupe de 126 patients souffrant d'état de conscience diminué dont 41 décrits en état végétatif, 81 en état pauci-relationnel et 4 diagnostiqués avec un locked-in syndrome ont participé aux tests.

Le PET Scan s'est révélé être d'une "haute sensibilité pour l'identification des patients en état de conscience minimale" tandis que l'IRM s'est révélée "moins sensible".

En outre, le PET Scan a permis de détecter chez un tiers des patients classés en état végétatif (13 sur 41 patients) "une activité cérébrale pouvant suggérer un état de conscience minimale".

Neuf sur 13 patients ont effectivement montré, dans les 12 mois qui ont suivi ces tests, un retour à un état de conscience minimale voire à un degré plus élevé de conscience.

Leurs auteurs jugent au final que le PET Scan peut être utilisé comme examen "complémentaire" en particulier pour "prédire l'évolution à long terme de patients en état végétatif". L'IRM a également sa place comme examen supplémentaire malgré son fiabilité apparemment moindre.

ot/pjl/phc

PLUS:hp