NOUVELLES

Washington dénonce une provocation russe contre un de ses navires en mer Noire

14/04/2014 12:28 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

Un chasseur-bombardier russe Su-24 a effectué samedi plusieurs passes à basse altitude à proximité d'un destroyer américain qui croisait dans les eaux internationales en mer Noire, a annoncé le Pentagone, qui a dénoncé une action "provocatrice et non professionnelle".

L'appareil Sukhoï-24, Fencer selon la terminologie de l'Otan, a effectué 12 passes, certaines au ras des vagues, à proximité de l'USS Donald-Cook pendant 90 minutes, a affirmé le colonel Steven Warren, un porte-parole du Pentagone.

Le chasseur, qui n'emportait pas de missiles sous ses ailes et "semblait non armé", n'a toutefois pas survolé directement le navire américain qui croisait alors au large des côtes roumaines, selon lui.

L'incident s'est produit samedi vers 14H00 GMT.

"L'appareil n'a pas répondu aux nombreuses questions et mises en garde du Donald-Cook", a-t-il ajouté. Ces avertissements étaient adressées directement au pilote via les canaux internationaux d'urgence.

"Cette action russe provocatrice et non professionnelle est en contradiction avec les protocoles internationaux et les accords passés" régissant l'interaction entre armées de deux pays, a-t-il dénoncé.

Au cours de certaines passes, le chasseur-bombardier russe s'est rapproché à moins de 1.000 mètres du navire américain, a précisé à l'AFP un responsable militaire sous couvert de l'anonymat.

Un autre Su-24 était également présent dans les environs mais est resté "à une altitude bien plus importante" et n'a pas tenté de se rapprocher du destroyer, selon le colonel Warren.

Le navire américain a été envoyé en mer Noire le 10 avril pour montrer la solidarité de Washington vis-à-vis de ses alliés est-européens de l'Otan inquiets des actions russes en Ukraine. Il fait actuellement relâche dans le port roumain de Constanta.

Le colonel Warren n'a pas précisé si Washington avait émis une protestation officielle par voie diplomatique auprès de Moscou. Les responsables du Pentagone n'ont pour leur part pas été en contact avec leurs homologues russes depuis l'incident.

"A aucun moment (le navire) n'a été menacé, c'est simplement une provocation", a rappelé le porte-parole, selon qui "le Donald-Cook est plus que capable de se défendre tout seul contre deux Su-24".

Le colonel Warren a également fait part de ses doutes sur le fait que le pilote russe et son coéquipier dans l'autre chasseur aient pu agir de leur propre chef.

"J'ai du mal à croire que deux pilotes russes choisiraient d'eux-mêmes d'entreprendre une telle action. Nous avons vu les Russes se conduire de façon non professionnelle et en violation des normes internationales en Ukraine", a-t-il jugé.

Les Occidentaux accusent Moscou d'avoir fait main basse illégalement sur la péninsule ukrainienne de Crimée. Ils accusent également la Russie d'être l'instigatrice des troubles survenus ce week-end dans l'Est de l'Ukraine, similaires selon eux à ce qui s'était passé en Crimée en mars.

Le regain de tension a fait craindre que Moscou, qui a massé jusqu'à 40.000 hommes à sa frontière avec l'Ukraine, ne saisisse ce prétexte pour une intervention.

mra/rap

PLUS:hp