NOUVELLES

Vol MH370: les recherches reprennent avec le véhicule sous-marin Bluefin 21

14/04/2014 08:55 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

PERTH, Australie - Un véhicule sous-marin robotisé a été utilisé pour la première fois dans l'océan Indien, lundi, pour tenter de retrouver l'appareil de Malaysia Airlines porté disparu depuis plus d'un mois.

Le responsable australien des recherches a expliqué qu'aucun signal provenant des boîtes noires de l'appareil n'a été détecté en près d'une semaine.

Une nappe de carburant a toutefois été repérée dans la vaste zone des recherches, qui fait environ 1400 kilomètres carrés et qui est située au nord-est de Perth, a dit Angus Houston. Un échantillon a été prélevé et renvoyé en Australie pour être analysé, mais M. Houston a prévenu que cela prendra plusieurs jours.

Le Bluefin 21 a été lancé lundi soir par le navire militaire australien Ocean Shield. Le sous-marin automatisé peut cartographier le fond marin en trois dimensions, à la recherche de débris de l'appareil.

Chaque mission du sous-marin dure 24 heures: deux heures pour descendre, 16 heures pour cartographier, deux heures pour remonter et quatre heures pour télécharger les données. La première mission permettra de fouiller un secteur de 40 kilomètres carrés.

Le Boeing 777 de Malaysia Airlines s'est volatilisé le 8 mars après avoir quitté la capitale de la Malaisie, Kuala Lumpur.

Les piles qui alimentent les balises des enregistreurs ont une durée de vie d'un mois.

«C'est la 38e journée de recherches, a dit M. Houston lors d'une conférence de presse. Nous n'avons pas détecté un seul signal depuis six jours. Donc j'imagine que le moment est venu de plonger.»

Après avoir analysé les données satellites, les autorités croient que l'appareil, qui transportait 239 personnes, a changé de direction pour une raison inconnue et s'est abîmé dans le sud de l'océan Indien au large des côtes de l'Australie.

M. Houston a reconnu que les signaux détectés précédemment représentent une piste intéressante. Il a toutefois aussi demandé au public d'être réaliste quant aux défis qui attendent les chercheurs dans un secteur qu'il a dit être «nouveau pour l'homme».

«Il ne faudrait pas penser que le déploiement du véhicule sous-marin robotisé va nous permettre de retrouver l'épave de l'avion. Ça pourrait ne pas fonctionner, a-t-il dit. Toutefois, c'est la piste la plus solide dont nous disposons, et nous devons l'explorer vigoureusement. Je me dois de répéter que ce sera un processus lent et difficile.»

Une fouille visuelle à la recherche de débris se poursuivait lundi dans un secteur de 47 600 kilomètres, à environ 2200 kilomètres au nord-ouest de Perth. Douze avions et 15 navires y participent.

M. Houston a indiqué que les fouilles visuelles prendront fin d'ici deux ou trois jours. Aucun débris de l'appareil n'a encore été retrouvé, et M. Houston estime que les chances d'en repérer «sont grandement réduites».

«Nous n'avons aucun objet visuel, a-t-il dit. Tout ce que nous avons, en ce moment, sont quatre signaux et une nappe de carburant dans le même secteur, donc nous allons faire enquête jusqu'au bout.»

L'océan Indien est profond d'environ 4500 mètres à cet endroit, soit le maximum des capacités du Bluefin 21. Les responsables tentent de trouver un appareil capable de descendre encore plus bas pour récupérer les débris, si jamais on devait en repérer.

Les équipes doivent aussi composer avec une couche de limon qui fait plusieurs dizaines de mètres en certains endroits et qui pourrait camoufler les débris.

PLUS:pc