NOUVELLES

Viol: la police française demande des tests génétiques à 527 hommes

14/04/2014 10:02 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

PARIS - La police française a demandé à 527 hommes de se soumettre à des tests d'analyse génétique pour tenter d'élucider le viol d'une adolescente de 16 ans agressée dans une école secondaire de l'ouest du pays.

Les hommes sont des employés et des élèves de cet établissement.

L'opération a débuté lundi et la procureure Isabelle Pagenelle a indiqué que personne n'a encore refusé de fournir d'échantillon génétique. Elle a prévenu que ceux qui refuseront seront automatiquement considérés comme suspects.

Les tests devraient se poursuivre jusqu'à mercredi. L'adolescente a été violée le 30 septembre dans une salle de bain sombre, et Mme Pagenelle a indiqué que toutes les autres pistes avaient été épuisées.

Les policiers ont retrouvé des éléments génétiques sur les vêtements de la victime, mais ils ne correspondaient à aucun des profils inscrits dans une banque nationale de données. Cette banque contenait quelque deux millions de profils génétiques en 2012, soit environ 3 pour cent de la population française.

La directrice de l'école catholique, Chantal Devaux, a expliqué que l'agression s'est produite en plein jour, dans un coin reculé. Des sommations ont été envoyées, la semaine dernière, à 475 adolescents, 31 enseignants et 21 autres membres du personnel. Les parents des mineurs ont dû accorder leur consentement. Le bureau de Mme Pagenelle a promis de détruire les échantillons de tous ceux qui seront exonérés.

Mme Pagenelle estime qu'il est fort probable que l'agression a été commise par quelqu'un qui connaît très bien les lieux.

PLUS:pc