NOUVELLES

Ukraine: les sanctions occidentales déjà prises à l'encontre de la Russie

14/04/2014 07:05 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

Voici le point des sanctions occidentales déjà prises à l'encontre de la Russie depuis le début de la crise sur l'Ukraine, alors que les ministres européens des Affaires étrangères, réunis lundi au Luxembourg, pourraient en adopter de nouvelles.

- SANCTIONS MILITAIRES: Les Etats-Unis décident le 3 mars de suspendre leur coopération militaire avec la Russie à la suite de l'intervention russe en Crimée.

Le 1er avril, ce sera au tour des ministres des Affaires étrangères des 28 pays membres de l'Otan, réunis à Bruxelles, d'opter pour une suspension de "la coopération civile et militaire avec la Russie". Le secrétaire général de l'Alliance, Anders Fogh Rasmussen, ne précise pas alors quels seront les programmes touchés mais souligne que ceux concernant l'Afghanistan ou la lutte contre le trafic de drogue ne seront pas concernés.

- SANCTIONS FINANCIERES ET RESTRICTIONS DE VISAS: Au lendemain du référendum demandant le rattachement de la Crimée à la Russie, Européens et Américains annoncent quasi simultanément, le 17 mars, des sanctions financières à l'encontre d'un nombre limité de hauts responsables russes et ukrainiens pro-russes.

Côté américain, une vingtaine de personnes voient ainsi leurs éventuels avoirs gelés aux Etats Unis. Figurent parmi elles, le vice-premier ministre Dmitri Rogozine, la présidente du Conseil de la Fédération (chambre haute du Parlement russe) Valentina Matvienko ainsi que deux proches conseillers de M.Poutine (Vladislav Sourkov et Serguei Glaziev).

La liste des personnalités sanctionnées par l'UE est élargie, le 21 mars, à 12 nouveaux responsables, portant ainsi à 33 le nombre de personnes visées au total.

Début mars, les dirigeants européens avaient de plus décidé de suspendre des discussions avec leurs homologues russes sur une libéralisation de la politique des visas.

- SANCTIONS DIPLOMATIQUES: Pour protester contre le rattachement de la Crimée par la Russie, les dirigeants occidentaux décident le 25 mars, lors du sommet de La Haye, d'annuler le sommet du G8 prévu en juin à Sotchi (Russie). Ce G8 sera remplacé par un G7, sans la Russie donc, à Bruxelles.

aml/lap/jh

PLUS:hp