NOUVELLES

Ukraine: Le Canada s'engage à imposer de nouvelles sanctions contre la Russie (VIDÉO)

14/04/2014 12:45 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

Le Canada est prêt à prendre de nouvelles mesures contre la Russie en réaction à la crise en Ukraine qui est à son comble depuis trois jours, a annoncé le premier ministre Stephen Harper lundi.

Le premier ministre canadien rencontrait lundi matin à Ottawa les ambassadeurs de l'Ukraine, de la Pologne, de l'Estonie et de la Lettonie pour discuter des derniers développements en Ukraine. 

Le gouvernement canadien considère que la Russie occupe illégalement l'Ukraine et viole sa souveraineté et son intégrité territoriale.

Avant la réunion, le premier ministre Harper a affirmé que la situation en Ukraine « s'aggravait » et que les récents événements étaient « strictement le travail de provocateurs russes envoyés par le régime de Poutine ».

« Je sais que c'est une grande préoccupation pour nos alliés de l'OTAN dans la région, mais ça devrait être une grande préoccupation pour nous tous », a déclaré M. Harper.

D'autres sanctions pour isoler encore plus économiquement et politiquement la Russie sont à prévoir, a affirmé le premier ministre, sans toutefois donner plus de détails.

Le Canada a déjà annoncé samedi l'imposition de nouvelles sanctions alors que des militants prorusses avaient pris le contrôle de plusieurs bâtiments gouvernementaux dans l'est de l'Ukraine.

« Il y a des parallèles inquiétants entre ce qui se passe dans l'est de l'Ukraine et l'invasion illégale de la Crimée par la Russie », a affirmé lundi le ministre canadien des Affaires étrangères, John Baird, lors d'un point de presse à Ottawa.

Le ministre a par le passé été très clair sur sa position sur la présence des troupes russes en Crimée, la comparant à l'invasion par Hitler des Sudètes, une partie de l'ancienne Tchécoslovaquie.

M. Baird a annoncé par ailleurs qu'il irait dans les prochains jours visiter les pays voisins de l'Ukraine, très inquiets des conséquences de l'instabilité actuelle.

INOLTRE SU HUFFPOST

Kiev à feu et à sang: les manifs de février 2014