NOUVELLES

Séjour à Paris du président de la Douma, sous le coup de sanctions de l'UE

14/04/2014 11:54 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

Le président de la Douma, la chambre basse du Parlement russe, Sergueï Narychkine, visé par des sanctions depuis le 21 mars par l'Union européenne dans le dossier ukrainien, est depuis dimanche à Paris pour participer à un Conseil exécutif de l'Unesco.

M. Narychkine a été désigné par la Russie comme chef de la délégation russe à ce Conseil exécutif, actuellement réuni à l'Unesco. Il doit également ouvrir mardi un colloque et une exposition pour marquer le 60e anniversaire de l'adhésion de la Russie à l'organisation internationale, selon une source diplomatique.

La France, où se trouve le siège de l'Unesco, a accordé un visa à M. Narychkine en vertu d'une obligation de droit international pour tout pays hôte d'une organisation internationale, a fait valoir un diplomate français.

M. Narychkine, soumis par l'UE à un gel de ses avoirs et à une restriction de visas, n'a pas de rencontre avec des responsables politiques français prévue à son programme. Il n'est pas sous surveillance et est libre de ses mouvements.

Selon une source à l'ambassade de Russie en France, M. Narychkine a participé lundi à une table ronde "internationale" sur la Première guerre mondiale, organisée par l'ambassade et par la Société historique de Russie, avec la participation de l'association Dialogue franco-russe.

Selon Alexeï Pouchkov, chef de la commission des Affaires étrangères de la Douma, interrogé par la télévision publique russe, "il y a une règle selon laquelle si les organisations internationales sont basées dans une capitale européenne, ceux qui sont sous le coup de sanctions échappent à leur application durant leur participation à des événements internationaux".

En mars, les Etats-Unis puis l'UE ont adopté des sanctions (restriction de visas et gel d'avoirs) contre des responsables russes ou ukrainiens pro-russes après la prise de contrôle russe de la Crimée. Washington a ciblé de proches collaborateurs du président Vladimir Poutine. Le 21 mars, Bruxelles a décidé d'ajouter à une précédente liste de 21 personnalités 12 Russes et Ukrainiens pro-russes parmi lesquels le vice-Premier ministre Dmitri Rogozine et les présidents des chambres haute et basse du Parlement russe.

cr/prh/plh

PLUS:hp