NOUVELLES

Lev Tahor: un tribunal ontarien refuse de renvoyer les enfants au Québec

14/04/2014 02:08 EDT | Actualisé 13/06/2014 05:12 EDT
CP

Un tribunal ontarien a rejeté lundi la requête des autorités québécoises de placer 13 enfants de la secte Lev Tahor dans des familles d'accueil au Québec.

Sept de ces enfants sont actuellement dans des familles d'accueil de la région de Toronto, les autres, en fuite avec leurs parents au Guatemala.

Les deux familles ainsi que des dizaines d'autres membres de la secte juive ultra-orthodoxe avaient fui, en pleine nuit, leurs domiciles de Sainte-Agathe-des-Monts, au Québec, en novembre dernier, pour se réfugier à Chatham, dans le sud-ouest de l'Ontario.

À l'époque, la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) des Laurentides voulait retirer aux deux couples de parents la garde de leurs enfants, à la suite d'allégations de châtiments corporels et de mariages forcés de jeunes filles.

Les deux familles avaient ensuite fui l'Ontario pour l'Amérique du Sud le mois dernier. Sept des enfants ont été rapatriés par la suite, après avoir été interceptés à Trinité-et-Tobago. Les autres se trouvent toujours au Guatemala.

La magistrate ontarienne Lynda Templeton conclut, toutefois, que « l'exode n'est pas un facteur déterminant quant à savoir si un enfant a besoin d'être protégé ou pas » et que, si les parents Lev Tahor respectent maintenant leurs obligations, « ça n'aurait pas de sens de renvoyer les enfants [au Québec] » à cause d'un ancien jugement.

La juge écorche par ailleurs la DPJ.

Fin de l'histoire?

Les autorités ontariennes de protection de la jeunesse pourraient interjeter appel ou à tout le moins poursuivre leur enquête, souligne le jugement.

De son côté, la DPJ avait obtenu en novembre dernier des mandats d'appréhension à l'endroit de l'ensemble des enfants de la secte.

On ne sait pas pour l'instant si les autorités québécoises tenteront de faire appliquer ces mandats.