NOUVELLES

Le directeur de la CIA s'est rendu à Kiev ce week-end (Maison Blanche)

14/04/2014 02:05 EDT | Actualisé 14/06/2014 05:12 EDT

Le directeur de la CIA John Brennan s'est rendu à Kiev ce week-end au cours d'une tournée de travail en Europe, au moment où l'Est de l'Ukraine traverse une grave crise, a indiqué le porte-parole de la Maison Blanche Jay Carney lundi.

"Nous sommes en mesure de confirmer que le directeur (de la CIA) était à Kiev ce week-end", a affirmé M. Carney lors de son point de presse quotidien.

Plus tôt lundi, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov avait dit attendre des explications de Washington quant aux informations faisant état d'une telle visite.

"Nous voulons notamment comprendre ce que signifient les informations sur une visite urgente à Kiev du directeur de la CIA", avait dit M. Lavrov. "On ne nous a pour l'instant pas fourni d'explications convaincantes", avait-il ajouté.

Ces déclarations sont "absurdes" a rétorqué Jay Carney, soulignant que le séjour du directeur de l'agence américaine de renseignement à Kiev ne s'était d'aucune manière déroulé hors du cadre de sa tournée "de routine" sur le continent européen.

Les tensions entre Russes et Américains sont montées d'un cran ce week-end au sujet de la grave crise que traverse la région orientale russophone de l'Ukraine. Samantha Power, l'ambassadrice américaine à l'ONU a ainsi assuré dimanche que les attaques de groupes armés dans des villes de l'Est ukrainien portaient les "signes de l'implication de Moscou".

Lundi, les insurgés armés pro-russes sont repassés à l'offensive et ont demandé l'aide de Vladimir Poutine face au gouvernement pro-européen de Kiev.

Le Kremlin a annoncé que le président russe recevait "de nombreuses demandes" d'aide des régions de l'Est ukrainien et observait la situation avec "beaucoup d'inquiétude".

Une déclaration qui renforce les craintes d'intervention, la Russie ayant massé jusqu'à 40.000 hommes à la frontière selon l'Otan, et M. Poutine ayant de longue date dit qu'il assurerait "à tout prix" la sécurité des populations russophones de l'ex-URSS.

col-gde/are

PLUS:hp